Procès du Carlton : DSK hausse le ton

Durant son 2e jour d'audition au tribunal de Lille ce mercredi 11 février dans le procès du Carlton, Dominique Strauss-Kahn s'est quelque peu énervé à la barre. Il nie toujours tout proxénétisme aggravé.

France 3

 

Ce mercredi 11 février, Dominique Strauss-Kahn a été à nouveau entendu par le tribunal de Lille (Nord), où est jugée l'affaire du Carlton. Accusé de proxénétisme aggravé, l'ancien patron du FMI a reconnu avoir une sexualité "plus rude que la moyenne".
Jade, une des femmes ayant pris part à des parties fines, a raconté une nuit passée avec lui à Bruxelles. "DSK m'a imposé certaines pratiques sans rien me demander. Il savait donc que j'étais une prostituée", a-t-elle assuré.

"Je n'avais aucune raison de recruter des prostituées"

Dominique Strauss-Kahn s'est brièvement énervé. "J'en ai assez que ce procès soit le prétexte à un déballage de pratiques sexuelles qui n'ont rien à voir avec les délits reprochés", a-t-il déclaré. Sa ligne de défense ne change pas : l'ancien ministre de l’Économie maintient qu'il pensait avoir affaire à des filles libertines et qu'il ignorait qu'elles étaient des prostituées.
"J'évoluais dans un milieu libertin. Je rencontrais de nombreuses femmes qui s'offraient à moi; je n'avais aucune raison de recruter des prostituées", a-t-il martelé selon Clément Weill-Raynal, envoyé spécial de France 3.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dominique Alderweireld, dit Dodo la Saumure, pose dans son nouveau club, baptisé alors DSKlub, le 30 avril 2014 à Blaton (Belgique). 
Dominique Alderweireld, dit Dodo la Saumure, pose dans son nouveau club, baptisé alors DSKlub, le 30 avril 2014 à Blaton (Belgique).  (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)