Cet article date de plus d'un an.

Procès de Joël Le Scouarnec : pourquoi une telle omerta ?

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Procès de Joël Le Scouarnec : pourquoi une telle omerta ?
Article rédigé par
France Télévisions

Un procès hors norme s'est ouvert vendredi 13 mars à Saintes (Charente-Maritime). Joël Le Scouarnec, un ancien chirurgien accusé de viols et d'agressions sexuelles sur mineures, est jugé à huis clos par la cour d'assises. Les enquêteurs ont identifié près de 340 victimes présumées.

Selon les enquêteurs, 349 personnes pourraient avoir été abusées par Joël Le Scouarnec, un ancien chirurgien. Nièces, petites voisines, patients... Certains se souviennent, d'autres tentent de reconstituer leur mémoire pas à pas. "J'ai eu la visite répétée de chirurgiens qui souhaitaient voir les pansements. Je ne me souviens pas des actes qu'il a faits sur moi. J'ai une sensation d'immobilité, d'impossibilité de bouger", explique Guillaume, qui avait 13 ans au moment des faits.

La femme de Joël Le Scouarnec avait-elle découvert ses activités pédophiles ?

L'agression est décrite dans les journaux intimes de Joël Le Scouarnec. Dès 1996, au moins une personne est au courant, selon les dires de l'ancien chirurgien lui-même. "Avril 1996, un cataclysme est venu s'abattre sur moi (...). Elle sait que je suis pédophile", écrit Jöel Le Scouarnec. Elle, c'est sa femme, Marie-France Le Scouarnec. À la suite de cette découverte, le chirurgien détruit en urgence une partie de ses journaux intimes. Interrogée par les gendarmes, l'épouse avoue avoir une fois eu un doute, mais nie avoir eu des certitudes. "Si j'avais été témoin d'un geste ou de quelque chose d'approchant, je l'aurais dénoncé immédiatement", assure-t-elle. Dans cette famille, qui savait et depuis quand ? Cette question est au cœur du premier procès.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.