"J’ai demandé à Joël Le Scouarnec de démissionner" : témoignage exclusif du médecin qui avait alerté sur la dangerosité du chirurgien en 2006

C’est un témoignage exclusif révélé par franceinfo, avec la cellule investigation de Radio France. Thierry Bonvalot, un psychiatre, a alerté la direction de l’hôpital de Quimperlé dès 2006 sur ses doutes concernant Joël Le Scouarnec. Une alerte qui aurait pu éviter des dizaines de victimes, et qui n’a eu pourtant aucun effet.

L\'hôpital de Quimperlé, où exerçait Joël Le Scouarnec en 2006 (illustration).
L'hôpital de Quimperlé, où exerçait Joël Le Scouarnec en 2006 (illustration). (PHOTOPQR / LE TELEGRAMME / MAXPPP)

Son procès doit avoir lieu les 13, 16 et 17 mars devant la cour d'assises de la Charente-Maritime à Saintes. L'ancien chirurgien Joël Le Scouarnec comparaîtra pour abus sexuels sur quatre fillettes. Mais au total, 246 plaintes ont été déposées contre lui et la justice chiffre désormais à 349 le nombre de ses victimes potentielles.

Plusieurs dizaines de ces agressions auraient pu être évitées, si le docteur Thierry Bonvalot avait été écouté. Il est troublé dès le printemps 2006 par une série d’indices. À cette époque, le psychiatre préside la commission médicale d’établissement de l’hôpital de Quimperlé (Finistère). Il apprend que Joël Le Scouarnec a été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour détention d’images pédopornographiques quelques mois plus tôt, par le tribunal de Vannes.

Dans une lettre, des doutes sur Le Scouarnec

Le psychiatre, spécialisé en criminologie, et donc au fait de la problématique de la pédocriminalité, est alors alarmé par d’autres évènements. Il y a d’abord cette complication pendant une opération sur un enfant. Joël Le Scouarnec s’enfuit et refuse d’expliquer ce qu’il s’est passé aux parents. Il y a ensuite cette scène troublante où le chirurgien défend bec et ongle l’un de ses collègues, accusé de viol sur des patientes, et qui sera ensuite condamné à 18 ans de prison par la justice.

Ces incidents paraissent suffisamment alarmants au Dr Bonvalot pour qu’il décide d’aller voir le directeur de l’établissement. Une discussion a lieu. Elle est suivie d’une lettre le lendemain. Dans ce courrier, le médecin prévient officiellement le directeur de la condamnation du chirurgien. Il fait également état de ses doutes quant à "la capacité du Dr Le Scouarnec à garder toute sa sérénité au contact de jeunes enfants". Nous publions des extraits de cette lettre ci-dessous :

Extraits de la lettre du docteur Bonvalot adressée à la direction de l’hôpital de Quimperlé, à propos de Joël Le Scouarnec.
Extraits de la lettre du docteur Bonvalot adressée à la direction de l’hôpital de Quimperlé, à propos de Joël Le Scouarnec. (CELLULE INVESTIGATION DE RADIO FRANCE)

À la suite de cette lettre, la direction prévient l’Ordre des médecins du Finistère. Ce dernier convoque Joël Le Scouarnec le 22 novembre 2006. Dans un compte-rendu manuscrit, le président du conseil de l’ordre, François Simon, indique notamment qu’il va prévenir le Conseil régional de l’ordre et la Ddass (direction départementale des affaires sanitaires et sociales, qui gère les médecins hospitaliers à l’époque) de sa condamnation.

L’hôpital de son côté, décide que Joël Le Scouarnec sera désormais accompagné lors des consultations de patients mineurs.

"T’inquiète pas, je m’en charge moi-même"

Mais pour le docteur Bonvalot, la mesure est loin d’être suffisante. Il le fait savoir à plusieurs reprises, notamment à Daniel Le Bras, à l’époque maire de Quimperlé et anesthésiste à l’hôpital. Réponse du Dr Le Bras, selon le psychiatre : "Ne t’inquiète pas, je m’en charge moi-même." Des propos que l'intéressé dément, expliquant qu’il n’a jamais été au courant de la condamnation de Joël Le Scouarnec.

Le Dr Bonvalot décide alors d’aller parler lui-même à Joël Le Scouarnec. "Je suis allé le voir, je lui ai formulé le fait qu’à mon avis il y avait quelque chose de dangereux dans sa pratique chirurgicale, quelque chose de délétère, raconte-t-il. Je lui ai dit que sa place n’était pas à l’hôpital, et je lui ai demandé de démissionner". Face à lui, le chirurgien marque un long silence, avant de répondre : "On ne peut pas m’y obliger."

Écoutez le témoignage du docteur Thierry Bonvalot :


Joël Le Scouarnec continue alors d’exercer. Avec ou sans accompagnement avec les mineurs ? Impossible pour l’heure de savoir si la mesure a été mise en place à l’hôpital de Quimperlé.

L'hôpital conforte son chirurgien

À la suite de l’alerte du Dr Bonvalot, le directeur de l’hôpital de Quimperlé, André Labat (décédé aujourd’hui) écrit une note confidentielle au directeur de la Ddass du Finistère. Dans cette lettre, que franceinfo a pu consulter, il évoque bien la condamnation de Joël Le Scouarnec pour avoir "visité des sites pornographiques et pédophiles".

Mais il dresse surtout un portrait élogieux du chirurgien. Il le décrit comme "un praticien sérieux et compétent. Disponible pour travailler dans l’intérêt de l’établissement". Non seulement en tant que "chef de service" mais aussi au sein du conseil exécutif provisoire, et en tant que "médiateur médical suppléant", rôle pour lequel il est chargé d’étudier les plaintes des patients envers l’hôpital concernant "l’organisation des soins ou le fonctionnement médical du service ou de l’unité" concernés.

Une alerte qui apparaît très mitigée, au regard des inquiétudes du docteur Bonvalot. À la suite de ce courrier, il semble que la DDASS n’ait pris aucune mesure contre Joël Le Scouarnec, ni diligenté d’enquête. Contactée, l’ARS, qui a remplacé depuis la Ddass, n’a pas souhaité répondre à nos sollicitations.

Si l’on s’en réfère à ses carnets noirs, Joël Le Scouarnec aurait agressé 69 victimes après sa condamnation en 2005, selon un décompte réalisé par franceinfo et la cellule investigation de Radio France.