Affaire Kulik : Willy Bardon remis en liberté

Willy Bardon, qui avait été condamné en décembre 2019 à trente ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'Elodie Kulik, a été remis en liberté. La cour d'appel de Douai (Nord) a accepté sa demande vendredi 25 septembre. Les proches de la victime ne comprennent pas cette décision.

FRANCE 3

Condamné à trente ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'Elodie Kulik en 2002, Willy Bardon a été remis en liberté. Sa troisième demande a été acceptée par la cour d'appel de Douai (Nord), vendredi 25 septembre. Un choc pour le père de la banquière, âgée de 24 ans lorsqu'elle a été enlevée, violée et assassinée. "J'ai été stupéfait, je ne m'y attendais vraiment pas. Il a pris trente ans en première audience, ça peut lui laisser la tentation de se soustraire carrément à la justice. En regardant un peu les textes de loi, je m'aperçois que c'est une application stricte de la loi", explique-t-il. Willy Bardon a été déclaré coupable en décembre 2019 aux assises. Sa voix a été confondue sur un appel d'urgence passé par la jeune Perronnaise avant qu'elle ne meure, où l'on entend deux hommes en arrière-fond.

Le procès en appel prévu pour juin 2021

L'un d'eux pourrait être Willy Bardon. Son avocat s'est dit satisfait de sa remise en liberté : "En France, tant qu'on n'a pas été condamné définitivement, on a la possibilité d'attendre son jugement ou en détention provisoire si les conditions légales sont réunies, ou en liberté lorsque les conditions légales ne sont pas réunies. Ce qui est le cas aujourd'hui pour monsieur Bardon et c'est légitime", a-t-il expliqué. L'affaire est toutefois loin d'être terminée. Le procès en appel devrait se tenir à Douai en juin 2021.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des gendarmes escortent le suspect mis en examen pour le meurtre de elodie Kulik. Amiens, le 18 janvier 2013.
Des gendarmes escortent le suspect mis en examen pour le meurtre de elodie Kulik. Amiens, le 18 janvier 2013. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)