Cet article date de plus de sept ans.

Crash de l'A320 : "Aucune hypothèse n'est privilégiée"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Au lendemain du crash de l'Airbus A320 de la Germanwings mardi 24 mars, les recherches s'apprêtent à reprendre dans le massif des Trois-Evêchés où s'est écrasé l'appareil. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur donne quelques précisions.

L'envoyé spécial de France 2 à Seyne-les-Alpes, le petit village situé près des lieux de la catastrophe, a interrogé le porte-parole du ministère de l'Intérieur. "La priorité est de sécuriser la zone du crash", explique Pierre-Henry Brandet. Il ajoute qu'une caravane terrestre avait pris la direction de la zone de la catastrophe, mais qu'elle a été stoppée à cause des conditions météo. "La zone va être sécurisée afin de permettre aux enquêteurs de récupérer les corps, et des indices essentiels pour l'enquête", ajoute-t-il.

"Aucune hypothèse n'est privilégiée"

Pour le moment, les enquêteurs ne privilégient aucune hypothèse. L'enquête sera longue, elle pourrait prendre "plusieurs semaines", indique Pierre-Henry Grandet. Il ajoute qu'il faut être "extrêmement prudent". Enfin, le porte-parole du ministère de l'Intérieur confirme la visite de François Hollande ce mercredi dans les Hautes-Alpes, avec la chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy. Il pourrait rencontrer des familles "si elles le souhaitent".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.