Crash dans les Alpes : les recherches autour des débris interrompues pour la nuit

Plus tôt dans la journée, les rotations d'hélicoptères avaient repris pour transporter les enquêteurs sur les lieux de l'accident, à Méolans-Revel (Alpes-de-Haute-Provence).

( MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Des corps des victimes du crash de l'avion de Germanwings dans les Alpes ont commencé à être évacués par hélicoptère, indique la gendarmerie, mercredi 25 mars en fin d'après-midi. La compagnie Lufthansa va affrêtér deux vols vers la France pour les proches de victimes, au départ de Düsseldorf et Barcelone. Les recherches et les investigations sur le site du crash ont été interrompues à la tombée de la nuit. 

L'identification va prendre plusieurs semaines. Le travail d'enquête sur la zone montagneuse où s'est écrasé l'Airbus A320, la veille, se poursuit dans les Alpes-de-Haute-Provence. "La récupération des corps et de la deuxième boîte noire sont des priorités", a indiqué plus tôt le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet. L'identification des corps a commencé, mais "va prendre plusieurs semaines", a précisé le procureur de la République de Marseille, Brice Robin.

 Une boîte noire en cours d'analyse. "Des données utilisables ont été extraites de la première boîte noire", a indiqué le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) lors d'une conférence de presse, mercredi après-midi. Cet enregistreur contenant les sons du cockpit a été retrouvé mardi et a été transféré, mercredi matin, au BEA, au Bourget. L'exploitation des données audio est "un travail qui prendra plusieurs semaines, voire plusieurs mois", a indiqué le BEA, qui a précisé n'avoir, à ce stade des investigations, "pas la moindre explication".

Hollande, Merkel et Rajoy sur place. François Hollande, la chancelière allemande Angela Merkel et le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy se sont rendus sur place sur les lieux du drame à 14 heures. Ils ont notamment observé une minute de silence et ont longuement salué les unités qui enquêtent, recueillent les corps des victimes et les débris de l'avion.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #CRASH

10h12 : Le même vol de Germanwings Barcelone-Düsseldorf que celui qui s'est écrasé hier décolle, ce matin. Photo prise par un journaliste d'Europe 1.

10h01 : Une trentaine de psychologues se préparent à accueillir les familles des victimes de l'accident de l'Airbus A320 de Germanwings. C'est dans le gymnase de Seyne-les-Alpes, où l'on n'entend que des chuchotements, que les familles seront conduites en premier lieu à leur arrivée.

10h16 : L'avion n'a pas explosé en vol, mais le projeter contre une falaise peut-être une autre façon de commettre un attentat...

10h17 : Les pilotes ont-ils pu être "gazés" dans la cabine et donc endormis ce qui pourrait expliquer l'absence de signaux si prise de contrôle rapide par un ou des terroristes kamikazes ? Cela paraît absurde mais pourquoi pas après tout...

10h17 : J'ai très peur d'un acte terroriste comme tous les précédents. Des avions qui disparaissent sans laisser de trace ou qui ne font pa appel à la tour de contrôle. Terrifiant. Tout est possible par les temps que nous vivons.

09h56 : L'hypothèse d'un attentat "n'est pas privilégiée", selon Bernard Cazeneuve, mais vous êtes nombreux à la redouter. Sélection de commentaires.

09h53 : Image de la chapelle ardente mise en place à Seyne-les-Alpes avant l'arrivée des proches des victimes.

09h41 : Ce journaliste de La Marseillaise est près de Seyne-les-Alpes. Il rend compte, sur Twitter, des mouvements des enquêteurs et secours.

09h38 : Pour l'instant "l'hypothèse terroriste n'est pas privilégiée", a affirmé Bernard Cazeneuve sur RTL. Selon le ministre de l'Intérieur, la concentration des débris montre que "l'avion n'a vraisemblablement pas explosé" en vol : il a été pulvérisé en heurtant la montagne.




RTL

09h31 : Au moins trois Kazakhs se trouvaient à bord de l'Airbus A320 de Germanwings, annoncent les autorités de ce pays.

09h28 : Devant le Parlement européen, les drapeaux sont en berne.

09h25 : @anonyme : Les suicides de pilotes sont rarissimes, mais cette hypothèse est parfois évoquée quand l'enquête ne permet pas d'établir les causes d'un crash. Il existe au moins deux cas recencés :

• En 1994, lorsqu'un avion de la Royal Air Maroc s'écrase près d'Agadir (44 morts). Selon les autorités, le pilote voulait se suicider.

• En 1999, un Boeing 767 d'EgyptAir à destination de Los Angeles s'abîme dans l'Atlantique. L'enquête américaine conclut au suicide du pilote, une thèse contestée par l'Egypte.

09h13 : On sait que la compagnie est hyper exigeante. Possible suicide du pilote ? Un burnout ?? Cela est déjà arrivé.

09h17 : Des journalistes sont rassemblés à l'aérodrome de Seyne-les-Alpes, ce matin. Il leur est pour l'instant impossible d'accéder aux lieux du crash.





BORIS HORVAT / AFP - FREDERIC CROTTA / FRANCE 2

08h59 : La boîte noire exploitable est arrivée à Paris, selon le secrétaire d'Etat Alain Vidalies.