Cet article date de plus de sept ans.

Crash mortel dans les Alpes : la zone de l'accident est difficile d'accès

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

En direct de Seyne-les-Alpes, Olivier Théron revient sur l'avancée de l'enquête sur le crash de l'A320 de Germanwings.

L'enquête se poursuit sur le crash de l'A320 de Germanwings survenu mardi 24 mars dans le massif de l'Estrop (Alpes-de-Haute-Provence). "Les conditions sont extrêmement compliquées. La zone a été sécurisée. Des cordes d'alpinisme ont été tendues pour que les enquêteurs de l'institut de recherche de la gendarmerie nationale puissent travailler", détaille Olivier Théron, en direct de Seyne-les-Alpes.

"Il y a un véritable puzzle au sol, des débris humains, des bouts de carcasse, et là, identifier les victimes dans ces conditions est extrêmement difficile. On va procéder à une recherche d'ADN pour que l'on puisse identifier chaque passager en recoupant son ADN avec celui de sa famille", poursuit le journaliste de France 2.

Une entraide européenne

"Il y a toute une entraide qui se met en place. Une entraide européenne avec des magistrats allemands, des magistrats espagnols, qui vont commencer à travailler de leur côté. Tout le monde essaie de faire le plus vite possible", rapporte Olivier Théron avant de conclure que "la bonne nouvelle malgré tout dans ce contexte est que la première boîte noire pourrait livrer ses secrets dès la fin de l'après-midi et l'on pourrait connaitre un petit peu les conditions qui ont mené à ce drame".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.