Crash de l'A320 : les premiers éléments de l'enquête

Au lendemain du crash de l'A320, mardi 24 mars dans les Hautes-Alpes, les enquêteurs cherchent à comprendre ce qui s'est passé. Aucune hypothèse n'est écartée pour le moment.

France 2

Pendant les huit minutes précédant le crash, mardi 24 mars, l'avion a poursuivi sa descente sans dévier de sa trajectoire, comme l'explique Marie Guyard de France 2. "Moi, en fait, j'ai vu l'avion qui passait à basse altitude pendant deux ou trois minutes, mais j'ai compris tout de suite qu'il n'allait pas aller bien loin", raconte Sébastien Giroud, un témoin du drame.

Aucun message de détresse

Sur un graphique qui retrace la trajectoire du vol, on voit tout de suite que l'altitude baisse fortement, alors que la vitesse reste quasiment constante. "Là, on parle d'une chute rectiligne dans le sens de la route qui dure plus de dix minutes. La première chose que fait un pilote lorsqu'il doit descendre, c'est de sortir de sa route", explique l'ancien commandant de bord Jean Serrat. Il ajoute : "Quand on est en difficulté, on lance l'appel de détresse Mayday, ou on utilise le transpondeur, ce qui n'a pas été fait." Seul le décryptage des deux boîtes noires pourra permettre d'éclaircir ces mystères.

Le JT
Les autres sujets du JT
Animation montrant la trajectoire minute par minute de l\'avoion allemande avant le crash, le 24 mars 2015 sur les Alpes
Animation montrant la trajectoire minute par minute de l'avoion allemande avant le crash, le 24 mars 2015 sur les Alpes ( FRANCE 2 / PSA)