Crash dans les Alpes : en Europe, un pilote peut s'absenter du cockpit sans être remplacé

Aucune règle européenne n'impose aux compagnies de remplacer un pilote qui quitte la cabine de pilotage. Mais les choses pourraient évoluer. Après la catastrophe de l'appareil de Germanwings, la compagnie EasyJet va imposer la présence permanente de deux personnes dans le cockpit.

Vue générale du cockpit d\'un Airbus A320, le 31 janvier 2015. 
Vue générale du cockpit d'un Airbus A320, le 31 janvier 2015.  ( REUTERS)

Aux commandes de l'A320, le copilote Andreas Lubitz n'a jamais ouvert la porte au commandant de bord, sorti du cockpit probablement pour aller aux toilettes. Seul maître de l'avion, il a précipité sa chute dans les montages du massif des Trois-Evêchés (Alpes-de-Haute-Provence), mardi, sans répondre aux appels répétés de son collègue, a indiqué le procureur de Marseille.

Aucune règle n'impose aux compagnies européennes de remplacer un pilote quand il s'absente du cockpit. Mais les choses pourraient changer. La compagnie EasyJet annonce qu'elle va imposer la présence permanente de deux personnes, comme c'est déjà le cas dans certaines compagnies américaines. Le gouvernement canadien a lui aussi annoncé la même obligation pour toutes les compagnies du pays.

>> Suivez les derniers développements de l'affaire en direct

La règle américaine du "deux-dans-le-cockpit"

Comme l'explique un expert aéronautique cité par la chaîne CNN (en anglais), certaines compagnies aériennes ont adopté la règle du "deux-dans-le-cockpit". Quand il veut s'absenter, un pilote doit appeler un membre d'équipage avant de quitter le cockpit. L'identité de ce dernier est alors contrôlée via l'interphone, avant que le pilote ne puisse être relayé. A son retour, il devra lui aussi s'identifier. Ce protocole permet d'assurer en permanence la présence de deux personnes dans le poste de pilotage, comme le mentionne cette commandante de bord américaine.

Mais ces mesures sont à la discrétion des compagnies. La réglementation de la Federal Aviation Authority stipule simplement que le pilote et le copilote doivent rester dans le cockpit pendant le vol, sauf si l'un d'eux doit en sortir "pour réaliser des tâches en liaison avec les opérations de l'appareil (ou) pour des besoins physiologiques".

Des règles européennes moins strictes

Ce protocole n'est pas non plus mentionné par l'Agence européenne de la sécurité aérienne. Le document précise que les membres d'équipage ont l'obligation de rester à leur poste durant tout le vol, "à moins qu'une absence ne soit nécessaire pour le bon déroulé de la mission de vol ou pour des besoin physiologiques." Ces cas de figure imposent "qu'au moins un pilote dûment qualifié reste aux commandes de l'appareil à tout moment". Et comme les autorités aériennes allemandes n'imposent aucun zèle, le commandant de bord de Germanwings a donc passé le relais à son copilote Andreas Lubitz, le temps de passer aux toilettes sans doute.

Capture d\'écran de la règlementation de l\'Agence européenne de sécurité aérienne concernant l\'absence des pilotes du cockpit.
Capture d'écran de la règlementation de l'Agence européenne de sécurité aérienne concernant l'absence des pilotes du cockpit. (EASA)

Pour le moment, il est difficile de savoir si des compagnies européennes ont adopté des pratiques similaires à certains de leurs homologues américaines. En Australie, la Civil Aviation Safety Authority ne requiert pas non plus la présence continue de deux pilotes dans le cockpit, précise le Sydney Morning Herald (en anglais). Les compagnies interrogées par le quotidien sont plutôt discrètes sur la question, à l'image de Virgin, qui préfère botter en touche.