Le milliardaire chinois Jack Ma offre des kits de dépistage et des masques aux pays africains pour lutter contre le coronavirus

Le fondateur du géant de la distribution Alibaba a fait des dons similaires aux Etats-Unis, à l'Union européenne et à de nombreux autres pays.

Un ouvrier produit des kits de tests pour le coronavirus Covid-19 à Nantong, dans la province orientale du Jiangsu, en Chine, le 9 mars 2020.
Un ouvrier produit des kits de tests pour le coronavirus Covid-19 à Nantong, dans la province orientale du Jiangsu, en Chine, le 9 mars 2020. (STR / AFP)

Les Africains recevront bientôt des kits de dépistage et des masques offerts par la Fondation du milliardaire chinois Jack Ma, comme l'ont fait récemment les Américains et les Européens. 

"L'Afrique peut avoir une longueur d'avance sur le coronavirus. A chacun des 54 pays africains, nous ferons don de 20 000 kits de tests, de 100 000 masques et de 1 000 combinaisons de protection à usage médical et d'écrans faciaux", indique un tweet publié sur le compte du fondateur d'Alibaba, le géant chinois de la distribution. Jack Ma y remercie le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed Ali.

Jack Ma s'appuie sur l'Ethiopie pour aider l'Afrique

Suite à des échanges entre les deux hommes, l'Ethiopie s'est engagée à assurer la logistique pour distribuer ces produits à l'échelle du continent. "Au total, 1,1 million de kits de dépistage, 6 millions de masques et 60 000 combinaisons de protection à usage médical et écrans faciaux seront livrés à Addis-Abeba, capitale de l'Ethiopie. Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed Ali, a accepté de prendre la tête de la gestion de la logistique et de la distribution de ces fournitures aux autres pays africains", peut-on lire dans le communiqué diffusé par la Fondation Jack Ma

L'Ethiopie, qui accueille la capitale de l'Union africaine, pourrait s'appuyer sur sa compagnie nationale Ethiopia Airlines, leader sur le continent. D'ailleurs, contrairement à d'autres, le pays n'a pas suspendu ses vols avec la Chine. Les deux Etats entretiennent d'étroits liens économiques.

Outre ce matériel indispensable au corps médical pour faire barrage au Covid-19 et dont l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) appelait récemment à accroître la production de 40%, les professionnels de santé chinois partageront, en ligne, leurs connaissances avec leurs homologues africains.

"Le soutien matériel associé à une meilleure connaissance est la clé du succès (pour contenir) le Covid-19", a noté Abiy Ahmed dans un tweet.

Si l'initiative de Jack Ma est bien accueillie, le leadership pris par l'Ethiopie a fait, lui, l'objet de quelques critiques du fait de la gestion de la pandémie par le pays. Par exemple, remarquait un internaute, Addis-Abeba n'a pas pris rapidement des mesures restrictives comme le Soudan qui a fait état de la découverte d'un premier cas de Covid-19 le même jour que l'Ethiopie (à savoir le 13 mars 2020, NDLR). Deux jours plus tard, les autorités soudanaises ont annoncé la fermeture des écoles, des universités et banni les évènements publics pendant un mois. "Qu'attend l'Ethiopie ?", concluait le tweet.

Depuis, le message a été entendu. Le pays est passé à la vitesse supérieure. A l'exception des universités, la fermeture des établissements scolaires a été annoncée le 16 mars 2020 et une interdiction frappe les rassemblements publics. Des mesures qui ne courent cependant, pour l'heure, que sur quinze jours.