Crash aérien : les boîtes noires vont être envoyées en Europe pour analyse

La première boîte noire contient les enregistrements des conversations à bord du cockpit. La seconde concerne les données de vol. 

Un tas rassemblant les débris du crash du Boeing 737 de la Ethiopian Airlines près de Bishoftu (Ethiopie), le 11 mars 2019.
Un tas rassemblant les débris du crash du Boeing 737 de la Ethiopian Airlines près de Bishoftu (Ethiopie), le 11 mars 2019. (MICHAEL TEWELDE / AFP)

L'Ethiopie va envoyer en Europe, pour analyse, les boîtes noires du Boeing 737 Max qui s'est écrasé dimanche près d'Addis-Abeba. "Le pays n'est pas encore spécifié", a déclaré à l'AFP Asrat Begashaw, un porte-parole d'Ethiopian Airlines, mercredi 13 mars. L'Ethiopie ne dispose pas de l'équipement nécessaire à la lecture des boîtes noires. La première contient les enregistrements des conversations à bord du cockpit, la seconde concerne les données de vol. Selon les informations de France 2, le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses pour la Sécurité de l'Aviation civile (BEA) n'a pas été sollicité.  

L'appareil s'est écrasé à l'est de la capitale Addis-Abeba, dimanche 10 mars, quelques minutes après son décollage, alors qu'il devait rejoindre Nairobi (Kenya). Les 157 personnes présentes à bord sont mortes. Selon des chiffres provisoires d'Ethiopian Airlines, 32 Kényans, 18 Canadiens, 9 Ethiopiens, 8 Italiens, 8 Chinois, 8 Américains, 7 Britanniques, 6 Egyptiens, 5 Allemands et 4 Indiens font notamment partie des victimes. Le gouvernement français a fait état pour sa part de la mort de neuf Français