Après l'accident de Séville, la France maintient uniquement les "vols prioritaires" de ses A400M

Les armées britannique et allemande ont toutes deux annoncé qu'elles immobilisaient leurs Airbus A400M par mesure de précaution.

Un Airbus A400M, en 2010, à Finkenwerder, près de Hambourg (Allemagne).
Un Airbus A400M, en 2010, à Finkenwerder, près de Hambourg (Allemagne). (CHRISTIAN CHARISIUS / REUTERS)

Londres, Berlin et Ankara tirent les conséquences du crash d'un avion A400M à Séville. Les armées britannique, allemande et turque ont annoncé, dimanche 10 mai, qu'elles immobilisaient leurs Airbus A400M par mesure de précaution.

Immobilisation "jusqu'à nouvel ordre"

"Par mesure de précaution, les avions A400M britanniques sont temporairement immobilisés" depuis samedi, a indiqué une porte-parole du ministère de la défense. Le Royaume-Uni possède deux exemplaires de cet appareil.

Même décision côté allemand : "Après le crash de l'A400M près de Séville, il a été décidé samedi de suspendre jusqu'à nouvel ordre les vols d'entraînement de l'unique A400M des forces de défense allemande", a déclaré un officier de presse des forces armées.

Les deux appareils livrés par Airbus à la Turquie ont également été immobilisés temporairement "pour des raisons de sécurité". L'avion qui s'est écrasé samedi près de Séville était justement destiné à la Turquie.

La France maintient les vols "prioritaires"

L'armée française va continuer à utiliser sa flotte, sous conditions. "Nos A400 sont en opérations, seuls les vols extrêmement prioritaires en opérations seront autorisés (...) jusqu'à ce que nous ayons les éléments de l'enquête qui va être diligentée",a indiqué dimanche à la mi-journée le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Un peu plus tôt dans la journée, un porte-parole de l'armée indiquait pourtant que la France maintenait ses vols jugeant ne "pas avoir d'éléments à ce stade" pour les immobiliser.

La France dispose d'une flotte de six A400M et en a commandé 50 autres, dont quatre doivent être livrés en 2015. "C'est un appareil de très grande qualité", a insisté le ministre de la Défense. 

Au moins quatre personnes sont mortes dans le crash de l'Airbus A400M, qui s'est écrasé samedi lors d'un vol d'entrainement près de Séville, dans le sud de l'Espagne. Il s'agit du premier accident mortel du nouvel avion de transport militaire européen.