INFO FRANCEINFO. Accident de Millas : la conductrice du car prenait depuis sept ans un médicament contre l'insomnie incompatible avec la conduite

L'accident entre un car scolaire et un TER à Millas le 14 décembre 2017, a provoqué la mort de six collégiens. 

L\'accident de car avait fait six morts parmi les collégiens transportés.
L'accident de car avait fait six morts parmi les collégiens transportés. (CLEMENTZ MICHEL / MAXPPP)

De nouvelles pièces du dossier d'instruction de l'accident de car mortel survenu en décembre 2017 à Millas (Pyrénées-Orientales) mettent en cause le médicament contre l'insomnie pris par la conductrice à la période des faits, selon les informations de franceinfo révélées jeudi 4 avril. Six collégiens sont morts dans cette collision entre le car et une rame de TER.

Un médicament qui interdit de conduire

La juge d'instruction du pôle "accidents collectifs" de Marseille a envoyé, en novembre, des réquisitions judiciaires au laboratoire pharmaceutique Sanofi, fabricant de la zopiclone, l'hypnotique commercialisé par le groupe français sous le nom d'Imovane, un médicament pris par la conductrice. Dans sa réponse, que franceinfo a pu consulter, Sanofi explique que ce médicament "comporte un pictogramme rouge de niveau 3 considéré comme le niveau le plus élevé et équivalent à une interdiction de conduire".

>> Cinq questions sur le somnifère que prenait la conductrice du car

Le laboratoire joint également une photo de la boite d’Imovane telle qu'elle est vendue en pharmacie, et sur laquelle est visible un triangle avec une voiture à l’intérieur sur fond rouge, accompagnée d'une mise en garde : "Attention danger : ne pas conduire !"

Sanofi précise que l'Imovane "peut influencer de façon conséquente l’aptitude à conduire, avec des risques possibles de somnolence, un allongement du temps de réaction et la diminution de la vigilance, particulièrement pendant les douze heures suivant la prise du médicament". La prise du médicament risque également, toujours selon son fabricant, de provoquer "une conduite automatique avec amnésie post événementiel".

La conductrice en "pilotage automatique" avant l'accident

L'enquête avait révélé que, pendant les 90 secondes précédant l'accident, la conductrice avait semblé en pilotage automatique avant un brutal coup de frein, trop tardif, devant la barrière baissée du passage à niveau et malgré les coups de klaxon du conducteur du TER.

Face à ces nouveaux éléments, les avocats des familles de victimes envisagent de demander au parquet un réquisitoire supplétif afin de pouvoir interroger le médecin de la conductrice, et éventuellement le mettre en examen : la quadragénaire se voyait prescrire le médicament depuis sept ans, dont deux années par le même médecin, alors que la notice aux patients ainsi que l'Agence nationale du médicament spécifient que le traitement ne doit jamais excéder quatre semaines.

La conductrice du car a été mise en examen dans ce dossier pour "homicides et blessures involontaires". La responsabilité de la SNCF dans cet accident a été exclue par plusieurs témoins et par les expertises techniques.