Cet article date de plus d'un an.

Vidéo La France est-elle toujours dans la course technologique ? Retrouvez les débats du Cercle des économistes et leurs 10 propositions

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Pourquoi la France et l’Europe, malgré leurs nombreux atouts, ont-elles été dépassées ? Pourront-t-elles rattraper leur retard ? Le Cercle des économistes lance le débat, avec franceinfo, et formule 10 propositions.

Mardi 6 avril le Cercle des économistes, en collaboration avec Radio France, franceinfo, le groupe EBRA et le Dauphiné Libéré, a réuni 40 acteurs de la technologie, de la recherche et de l’innovation lors d’une grande journée de débat public. Un troisième rendez-vous après Toulouse, le 10 décembre (comment éviter une génération sacrifiée) et Rennes, le 4 février (va-t-on vraiment réindustrialiser la France ?). Universitaires, entrepreneurs, responsables politiques, chefs d’entreprise et chercheurs sont intervenus en direct devant un public connecté en ligne pour répondre à une question devenue primordiale : la France est-elle toujours dans la course technologique ?

La crise de la Covid 19 nous a fait prendre conscience de la très grande fragilité de la France : sa position dans la recherche, l’innovation et le développement n’a cessé de se dégrader au fil des décennies ! La France n’est désormais que le 13e pays au monde et seulement le 7e de l’Union Européenne en dépenses de recherche et développement, n’y consacrant que 2,2% de son PIB. Elle est distancée par les grandes nations innovantes que sont les Etats-Unis, l’Allemagne, les pays du nord de l’Europe et la Corée du Sud, qui approchent voire dépassent les 3%.

Pour revenir dans la course, le Cercle des économistes propose de s’appuyer sur 10 propositions qui rétabliront la France parmi les grandes nations innovantes.

Les 10 propositions du Cercle des économistes

Axe 1 : remettre la recherche au cœur des préoccupations économiques et sociales

1. Porter les dépenses de recherche et développement en France à 3% du PIB, soit une augmentation de 20 milliards d’euros par an, afin de nous porter à hauteur de grandes nations innovantes comme les Etats-Unis, l’Allemagne ou les pays du nord de l’Europe.

Axe 2 : créer un vrai écosystème de recherche public-privé

2. Développer des fondations détenant une capacité de recherche et de financement massive permettant de mener des projets de recherche ambitieux et de long terme. Celles-ci réuniraient les grandes écoles, les universités et les centres de recherche.

3. Privilégier une approche “bottom-up”, structurée en grandes filières, des agences de recherche nationales, en concentrant leur rôle à celui de sélection, financement et accompagnement de projets présentés par des équipes de recherche, publiques et privées.

4. Cibler nos efforts de financement dans des écosystèmes très portés vers l'avenir, qui répondent à quatre critères :

 Ils s'appuient sur des marchés publics et/ou affirmés,
 Ils doivent mobiliser un ensemble de technologies numériques, mais également mécaniques ou chimiques,
 Ils se développent en partenariat étroit avec des institutions de recherche,
 Ils partent de compétences existantes mais peu développées, souvent liées à des pôles de compétitivité.
 Nous pouvons l'illustrer de multiples manières, par la robotique, les énergies de la mer, l’imagerie médicale, les biotechnologies ou encore les télécommunications à partir de la 5G.

Axe 3 : bâtir une Europe de la technologie

5. Créer, au niveau européen, des agences sur le modèle des DARPA et BARDA américaines pour financer les innovations de rupture. Ces agences couvriraient les grands projets européens dans les domaines de la défense, de l’aérospatiale, de l’énergie, de la microélectronique, du numérique et de la santé.

6. Mettre en place un “Buy European Act”, qui réserve aux entreprises européennes l'accès aux marchés publics dans certains secteurs innovants afin de stimuler la demande dans ces technologies. Le développement technologique à l’échelle d’une société ne peut en effet avoir lieu que si les innovations sont portées par l’offre mais aussi par la demande. Cette première mesure doit être complétée par des incitations d’adoption et achat de nos technologies françaises et européennes auprès des entreprises et des ménages.

Axe 4 : construire une société animée par la connaissance scientifique

7. Revaloriser les métiers industriels et techniques, quel que soit leur niveau de formation, et faciliter leur accès aux formations économiques et commerciales.

8. Développer la formation par la recherche, en imposant un stage de 6 mois dans un centre ou une institution de recherche à tous les étudiants en formation supérieure dans les sciences, y compris les sciences sociales et économiques. Ce stage peut s’effectuer dans une institution française ou européenne.

9. Proposer des rémunérations plus attractives pour les carrières des chercheurs. En plus de l’approche “bottom-up” des agences de recherche nationales, qui contribuera à augmenter le financement de projets de recherche (cf proposition 3), il convient de renforcer les crédits de base octroyés aux unités de recherche afin d’assurer aux chercheurs une rémunération plus importante et un cadre de travail satisfaisant.

10. Créer des certifications afin d’améliorer l’intégration des titulaires de doctorat sur le marché du travail, pour les placer dans les catégories supérieures des grilles de rémunérations.

Le programme des échanges

• 9h00 - 9h20. Introduction
Jean-Hervé Lorenzi
, fondateur du Cercle des économistes
Eric Piolle, maire de Grenoble 

• 9h20 - 10h00. Recherche française : enrayer le déclin
Philippe Aghion
, membre du Cercle des économistes
Geneviève Fioraso, ancienne ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
Émilie Mouren-Renouard, vice-présidente et membre du Comité exécutif d'Air Liquide

Focus 1 : développer les technologies d'avenir

• 10h05 - 10h15. La parole aux entreprises
Bruno Cercley, PDG de Rossignol

• 10h15 - 10h30. Grand Témoin
Claire Chanterelle,
directrice générale d'inovallée

• 10h30 - 11h30. Table-ronde suivie de Q/A avec le public
Isabelle Mejean, professeure à l'École Polytechnique
Kat Borlongan, directrice de la Mission French Tech
Gaëlle Calvary, professeure, vice-présidente en charge de la Valorisation, Grenoble INP
Pascal Imbert, président du directoire de Wavestone
Christian Rouchon, directeur général du Crédit Agricole du Languedoc
Emmanuel Sabonnadière, directeur du CEA-Leti
Focus modéré par Matthieu Estrangin, Le Dauphiné Libéré

Focus 2 : climat, santé, alimentation... la technologie peut-elle réondre à tout ?

• 11h35 - 11h45.La Parole aux entreprises
Giorgio Anania,
Chairman & CEO d'Aledia

• 11h45 - 12h00. Grand Témoin
Virginie Brun
, CEA

• 12h00 - 13h00. Table-ronde suivie de Q/A avec le public
Claire Waysand, membre du Cercle des économistes
Alix Pradère, présidente d'Opusline
Thomas-Olivier Léautier, Chief Economist d'EDF
Etienne Grass, Global Head of Public Sector chez Capgemini Invent
Jean Schmitt, PDG de Jolt Capital.
Focus modéré par Saléra Benarbia, Le Dauphiné Libéré

Focus 3 : maîtriser l’impact social et culturel de la technologie

• 14h30-14h40. La parole aux entreprises
Sylvie Ouziel,
Présidente internationale, Envision Digital

• 14h40-14h55. Grand Témoin
Jacques Attali,
Président du Conseil de surveillance, Institut de l’Économie Positive

• 14h55-15h55. Table-ronde suivie de Q/A avec le public
Emmanuelle Auriol, Membre, Le Cercle des économistes
Marie Cohen-Skalli, Co-directrice, Emmaüs Connect
Olivier Crouzet, Directeur de la coordination pédagogique, École 42
Inès Leonarduzzi, Fondatrice, Digital For The Planet
Eva Sadoun, Co-fondatrice et Présidente, LITA.co
Focus modéré par Fanny Guinochet, franceinfo

Focus 4 : la technologie européenne peut-elle redevenir pionnière ?

• 16h00-16h10. La parole aux entreprises
Thierry Tingaud, Président, STMicroelectronics France

• 16h10-16h25. Grand Entretien
Cédric Villani, Député, Assemblée nationale

• 16h25-17h25. Table-ronde suivie de Q/A avec le public
Dominique Roux, Membre, Le Cercle des économistes
Frédéric Desprez, Directeur du Centre de recherche, INRIA Grenoble
Olivier Girard, Président France & Benelux, Accenture
Marwan Elfitesse, Responsable des Programmes Start-up et des Relations Investisseurs, Station F
Focus modéré par Fabien Cazeaux, France Inter

Conclusion

• 17h30-17h50. Table-ronde de clôture
Christel Heydemann, Présidente, Schneider Electric France
Vincent Giret, Directeur de l’Information et des Sports, Radio France
Philippe Carli, Président, Groupe EBRA - en charge du Dauphiné Libéré

• 17h50-18h20. Conclusions et recommandations du Cercle des économistes
Françoise Benhamou, Co-Présidente, Le Cercle des économistes
Jean-Hervé Lorenzi, Fondateur, Le Cercle des économistes
David Thesmar, Membre, Le Cercle des économistes

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.