Cet article date de plus de huit ans.

Sondage Elections régionales : ce que veulent les Français dans les régions où le FN peut gagner

Front républicain ou pas ? Face au Front national, les Français semblent très divisés sur la stratégie à adopter. 

Article rédigé par Bastien Hugues
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un militant FN accroche une affiche de Marine Le Pen, dans une salle à Lille (Nord), le 7 novembre 2015. (MICHEL SPINGLER / AP / SIPA)

Que faire dans les régions où, à l'issue du premier tour, le Front national est désormais en mesure de l'emporter ? Voilà une question qui divise fortement les Français. Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions*, révélé dimanche 6 décembre, 51% des personnes interrogées sont opposées à une fusion des listes de gauche et de droite pour faire barrage au parti de Marine Le Pen aux élections régionales

>> Résultats et analyses au lendemain du premier tour : suivez notre direct 

Dans le détail, l'enquête révèle de forts clivages en fonction de la couleur politique des sondés. Ainsi, 82% des électeurs du Parti socialiste et du Parti radical de gauche et 76% des électeurs Europe Ecologie-Les Verts se disent favorables à la fusion des listes de gauche et de droite contre le FN. Mais cette stratégie séduit beaucoup moins les électeurs de la droite et du centre : seuls 56% d'entre eux s'y déclarent favorables. A la gauche du PS et des écologistes, les électeurs du Front de gauche sont encore plus farouchement opposés à une telle fusion, seuls 53% d'entre eux y étant favorables. 

Les électeurs LR-UDI refusent un retrait face au FN

Lorsqu'on ne parle pas de fusion, mais de retrait pur et simple de la liste arrivée troisième (ce qui aurait pour conséquence l'absence totale d'élu de ce parti au conseil régional pendant les six prochaines années), les Français sont, là aussi, divisés. Dans les régions où la gauche est arrivée troisième et où le FN est en mesure de l'emporter, une nette majorité de sondés (56%) pense que la gauche ferait mieux de se retirer de la course, au profit de la droite. Et le PS aurait la bénédiction de ses électeurs, 62% d'entre eux étant favorables à une telle décision.

Mais à droite, cette stratégie du désistement face au Front national ne recueille pas du tout la même approbation. Ainsi, dans les régions où la droite est arrivée troisième et où le FN est bien parti pour l'emporter, 57% des électeurs LR-UDI-MoDem refusent que leur parti se désiste au profit de la gauche. 

*Sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France, réalisé sur internet du 29 novembre au 2 décembre 2015, auprès de 8 053 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française inscrite sur les listes électorales. 600 personnes ont été interrogées pour chacune des 13 régions (800 en Ile-de-France). Les résultats nationaux tiennent compte du poids démographique de chaque région. Méthode des quotas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.