Régionales : contre le FN, Valls "appelle à voter" pour la droite dans trois régions

Le Premier ministre s'exprimait sur TF1 au lendemain du premier tour des élections régionales qui a porté le FN en tête dans six régions sur 13.

Ce qu'il faut savoir

Les consignes de vote sont données pour le second tour des élections régionales. Manuel Valls "appelle à voter" pour la droite en Provence-Alpes-Côte d'Azur, en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, trois régions où le Front national est arrivé en tête au premier tour. Le Premier ministre a fait cette déclaration sur le plateau du JT de 20 heures de TF1, lundi 7 décembre au soir, au lendemain du premier tour. Sa première intervention publique depuis les résultats de dimanche soir.

La droite entérine sa stratégie : "ni retrait ni fusion". Le président des Républicains, Nicolas Sarkozy, était lui l'invité du JT de 20 heures de France 2. Plus tôt, le bureau politique de son parti – quasi unanime – a validé sa ligne politique : ni retrait ni fusion avec les listes socialistes pour contrer le FN au second tour. Mais des voix se sont élevées pour critiquer la doctrine de l'ancien chef de l'Etat.

Le patron du PS met les points sur les "i". Face au Front national de Florian Philippot, et alors que le candidat socialiste Jean-Pierre Masseret refuse de retirer sa liste malgré une triangulaire, le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a appelé, sur BFMTV, à voter pour la liste d'union de la droite et du centre, conduite par Philippe Richert, au second tour dans la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne. Sur TF1, Manuel Valls a lui aussi appelé le candidat PS à se retirer. "Il ne faut pas s'accrocher à un poste mais être digne", a déclaré le Premier ministre.

La gauche compose ses communes listes. Claude Bartolone a annoncé la fusion des listes PS, EELV et Front de gauche en Ile-de-France en vue du second tour. En Aquitaine-Poitou-Charentes-Limousin, la tête de liste PS Alain Rousset, arrivé en tête au premier tour (30,4%), et celle d'EELV Françoise Coutant (5,6%) ont annoncé la fusion de leurs listes, renforçant a priori les chances du président sortant d'Aquitaine de conserver la région au second tour.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #REGIONALES

23h47 : Bonsoir @Alcyon. Vous avez raison, les sympathisants du FN se sont davantage rendus aux urnes que les autres dimanche, comme nous l'indiquons dans cet article. Par ailleurs, comme l'indiquait Brice Teinturier, d'Ipsos, plus tôt sur notre site, le second tour des régionales mobilise traditionnellement plus que le premier. N'étant ni sondeur ni expert de la carte électorale, je ne me risquerai cependant pas à faire de pronostics quant aux résultats définitifs des élections ;-)

23h46 : Bonsoir Vincent,Je n'entend aucun média dire que les abstentionnistes, par essence démobilisés par la déception et le raz-le-bol des partis "classiques", sont essentiellement des électeurs non FN. En les invoquant pour le 2eme tour, la donne peut sérieusement changer !

23h30 : Au lendemain du premier tour des régionales, la presse a souvent qualifié les résultats du Front national de "choc". Nos confrères de l’œil du 20 heures ont remarqué que ce n'était pas la première fois, loin de là, que ce terme était utilisé pour qualifier la montée du parti d'extrême-droite.



(FRANCE 2)

23h07 : Sur Twitter, la secrétaire d'Etat chargée de Famille, des Personnes Agées, de l'Autonomie et de l'Enfance Laurence Rossignol déplore l'attitude de Nicolas Sarkozy, qui a simplement dit sur France 2 "respecter" le choix du PS de se retirer de la course des régionales en PACA et Nord-Pas-de-Calais Picardie.

22h07 : "Nous avons fait un choix de maintenir nos listes parce que je suis persuadé que nous sommes les seuls à pouvoir rassembler face au Front national", a jugé Nicolas Sarkozy sur France 2 ce soir après le premier tour des régionales. Voici son intervention.



(FRANCE 2)

21h52 : Il refuse de lâcher ses administrés et les 16,11% d'électeurs qui lui ont donné leur voix. Jean-Pierre Masseret, président sortant du conseil régional de Lorraine et tête de liste socialiste dans la grande région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, a déposé sa liste pour le second tour des élections régionales, lundi 7 décembre, alors que le PS réclame son retrait pour contrer le Front national. Notre journaliste Camille Caldini vous raconte ce feuilleton Masseret, en six épisodes.

21h45 : Au lendemain de la déroute de la gauche en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, les membres de la liste du candidat PS sont encore groggy. J'ai recueillis le témoignage de deux d'entre-eux.

((PHILIPPE HUGUEn / AFP)

EN / AFP)


21h41 : "Quand on aime son pays, on n'hésite pas" a lancé plus tôt Manuel Valls sur TF1 au moment d'appeler à voter pour les listes de droite face au FN en Provence-Alpes-Côte d'Azur et Nord-Pas-de-Calais-Picardie où le PS s'est retiré, ainsi qu'en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, où le candidat socialiste se maintient contre le mot d'ordre de son parti. Voici son intervention.



(TF1)

21h19 : Très bonne intervention sobre et lucide de N Sarkozy ce soirMalheureusement trop souvent caricaturé par les médias et qui à mon sens a eu raison trop tôt ...

21h19 : tant que Sarkozy refusera de faire le bilan de son mandat, beaucoup refuseront de voter pour lui en 2017.

21h18 : Sarkozy égal à lui-même ! Vindicatif, comme d'habitude, mais un vide sidéral sur le renouveau politique !!

21h18 : Dans les commentaires, la plupart de nos lecteurs jugent sévèrement la prestation de Nicolas Sarkozy plus tôt sur France 2. Certains estiment tout de même que l'ancien président est "caricaturé" et "avait eu raison trop tôt".

20h39 : Invitée de France 3, Marine Le Pen a assuré qu'elle "ferait le job" de présidente de région. "Jusqu'à ce que je sois élue présidente de la République !"



(FRANCE 3)

20h32 : "Les socialistes ont pris une décision que je respecte, c'est leur choix. Mais nous sommes les seuls à pouvoir rassembler face au FN".

20h31 : "La difficulté, c'est de répondre à cette radicalité sans excès."

20h30 : "Les gens se demandent si la France de toujours restera la France. (...) Quand j'ai parlé des racines chrétiennes de la France, que n'ai-je entendu de la bien-pensance ?"

20h28 : "Je ne veux pas d'arrangement dans le dos des électeurs. Je ne vais pas faire campagne avec des gens que j'ai critiqués au premier tour"

20h28 : "Quand on dit que le FN n'est pas républicain, ça n'est pas vrai : ils ont le droit de se présenter. Ils vont juste conduire les régions dans le désordre."

20h24 : "Madame Le Pen était face à moi en 2012, elle faisait 18%. Aujourd'hui, elle fait 27%. Depuis quatre ans, une exaspération monte dans ce pays, les gens n'en peuvent plus."

20h23 : "Il y a deux grandes forces politiques, et la seule qui peut faire opposition au Front national, ce sont Les Républicains."

Nicolas Sarkozy réagit sur France 2 aux résultats du premier tour des élections régionales.

20h19 : Nicolas Sarkozy est ce soir l'invité de David Pujadas. Suivez son interview en direct et en vidéo ici-même.

20h22 : "Dans ces moments-là, il ne faut pas s'accrocher à un poste mais être digne. (...) Hier, le PS et ses candidats Pierre de Saintignon et Christophe Castaner ont été dignes. Quand la République est en cause, on n'hésite pas. On ne s'accroche pas à un poste."

Invité de TF1, Manuel Valls charge Jean-Pierre Masseret, le candidat PS qui refuse de se désister dans la triangulaire avec le FN dans la région Champagne-Ardenne-Lorraine-Alsace.

20h24 : Grossière erreur de M. Jean-Pierre Masseret de se maintenir au 2e tour. Il a d'abord pensé à sa situation personnelle plutôt qu'aux électeurs et habitants de ce "Grand Est" qui, entre nous, rassemble des régions trop différentes. Si M. Philippot l'emporte à l'issue de ce 2e tour, de nombreuses personnes, dont moi-même, l'en rendront responsable. Pour moi, ce n'est ni un rebelle, ni un héros, c'est un irresponsable. Je ne vous remercie pas M. Masseret.

20h11 : De gauche, je voterai pourtant Richert.Je ne voterai pas POUR lui mais CONTRE le FN.Bravo. Il faut savoir admettre qu'on a perdu, et lever les armes républicaines contre le fléau frontiste...

20h11 : Si certains de nos lecteurs sont très critiques envers Jean-Christophe Cambadélis, qui a appelé à voter à droite dans la région Grand Est, d'autres visent le candidat PS Jean-Pierre Masseret, qui refuse de retirer sa liste malgré une triangulaire avec le Front national.

20h04 : "Quand on aime son pays, on n'hésite pas", ajoute le Premier ministre.

20h04 : "En région Paca, j'appelle à voter Estrosi face à l'extrême droite, dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, j'appelle à voter Bertrand face à l'extrême droite. Dans la région Grand Est, j'appelle à voter Richert face à l'extrême droite."

Manuel Valls, qui n'a pas pris la parole hier soir, s'exprime actuellement sur le plateau de TF1.

20h02 : Monsieur Cambadélis les électeurs sont libres de leur vote. Les socialistes voteront socialiste s'ils le souhaitent.

20h03 : Cambadélis pourrait soutenir le candidat socialiste. Soyons unis et forts !

19h55 : Non, non et non. Il ne faut pas exagérer Cambadelis. Chacun sa m... Trop de mépris de la part de la droite. Ne perdons pas notre âme

19h54 : Dans les commentaires, nos lecteurs se montrent très critiques envers Jean-Christophe Cambadélis, qui a appelé à voter pour le candidat de droite dans la région Grand Est malgré le maintien de la liste de Jean-Pierre Masseret, le candidat rebelle du PS.

19h53 : "Si je suis élue présidente de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, je ferai le job jusqu'au bout, en tout cas jusqu'à ce que je sois élue présidente de la République !"

19h52 : "Je ne veux pas prédire [le nombre de régions que nous pouvons gagner]. Plus il y en a, et mieux je me porterai. Mais les électeurs sont libres et matures. Ils ne répondront pas aux manœuvres d'appareil."

19h45 : "Essayer le Front national, c'est l'adopter. Et ça, pour nos adversaires, c'est une grande inquiétude."

Marine Le Pen est actuellement sur France 3. Suivez son interview en direct.

19h35 : Malgré le maintien de la liste de Jean-Pierre Masseret, le candidat rebelle du PS en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Jean-Christophe Cambadélis appelle les électeurs de gauche à voter pour Philippe Richert (Les Républicains) au second tour. Il vient de l'indiquer sur BFMTV.

19h30 : La présidente du FN, Marine Le Pen, est l'invitée du 19/20 de France 3. Suivez son interview en direct et en vidéo en cliquant ici.

19h16 : En Ile-de-France, Valérie Pécresse va retenir ses coups contre le FN. Selon Marianne, la candidate du parti Les Républicains va suspendre la diffusion d'un tract dit "anti-FN" destiné à être diffusé lors de l'entre-deux tours.

19h06 : Les catholiques ont davantage voté pour le Front national que l'ensemble des Français. Selon un sondage Ifop pour Pèlerin, 32% d'entre eux se sont prononcés pour le parti d'extrême droite, contre 27,7% pour la moyenne nationale.

19h02 : En 24 heures, il est passé d'un quasi-anonymat à la gloire nationale. Jean-Pierre Masseret, le candidat rebelle du PS en région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, se maintient au second tour, contre l'avis du parti et du gouvernement. Faites plus ample connaissance avec cet élu de terrain, fan de Tarzan et de Vercingétorix, au flair politique redoutable..




(FRED MARVAUX / AFP)

18h53 : "Je comprends le ras-le-bol, la peur, l'incertitude de l'avenir, mais je vous assure, mes biloutes, que voter pour l'extrême droite ne résoudra aucun des problèmes actuels, au contraire."

Sur sa page Facebook officielle, Dany Boon prend position contre le Front national après les résultats donnant Marine Le Pen en ballottage favorable pour le second tour des régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

18h22 : Si vous êtes comme moi originaire du sud-est de la France, vous avez peut-être vu circuler sur les réseaux sociaux cette vidéo de Marion Maréchal-Le Pen en grande difficulté au moment d'évoquer son programme pour les régionales. Sauf que, comme le relève Slate.fr, la séquence date de 2010, lorsque la nièce de Marine Le Pen était en campagne en Ile-de-France.






(ARNOLD TONCHARD / YOUTUBE)

17h52 : C'est officiel. La liste PS de Jean-Pierre Masseret dans le Grand Est a été déposée en préfecture, indique notre confrère de France 2.

17h36 : En Rhône-Alpes-Auvergne, la liste de gauche emmenée par Jean-Jack Queyranne fusionne avec celles d'EELV/Parti de gauche et du PCF, annonce Le Dauphiné libéré. "Un protocole est en cours de rédaction."

17h31 : "Ce n'est pas facile pour un homme de gauche de voter pour Christian Estrosi (...). Il est important qu'on ait des arguments pour convaincre les électeurs de gauche qu'il faut quand même y aller."

17h19 : Pour la première fois, les Français ont voté dans le cadre de nouvelles régions. J'ai voulu savoir si cette fusion des régions avait pu influencer les résultats et notamment favoriser le Front national. Pour cela, j'ai interrogé des chercheurs et spécialistes de la décentralisation. Ils m'ont fait part de leurs analyses dans cet article.




CLAUDE TRUONG-NGOC / CITIZENSIDE / AFP