"Social traître", "le banquier d'abord" : la permanence du parti communiste de Besançon recouverte de tags hostiles

La permanence du parti communiste à Besançon a été vandalisée ce week-end. Les inscriptions "social traître" ou "le banquier d'abord" recouvrent notamment le local.

La permanence du parti communiste de Besançon vandalisée, en avril 2017.
La permanence du parti communiste de Besançon vandalisée, en avril 2017. (PAGE FACEBOOK DU PCF DE BESANÇON)

La permanence du parti communiste de Besançon, dans le Doubs, a été vandalisée et recouverte ce week-end de tags, rapporte France Bleu Besançon dimanche 30 avril. En lettres rouges, les inscriptions "social traître" et "le banquier d'abord", notamment, recouvrent la devanture et le rideau métallique du local du PCF.

"Des méthodes de lâches"

Sur sa page Facebook, le PCF du Doubs dénonce "les mêmes méthodes que les fascistes : des méthodes de lâches".

Pas de souci pour avoir un débat pour expliquer pourquoi nous appelons à battre l'extrême droite mais pas comme ça. C'est indigne, c'est s'abaisser au degré zéro du courage politique.Le PCF du Doubssur sa page Facebook

Les inscriptions semblent en effet faire directement référence à la consigne de vote en faveur d'Emmanuel Macron, donnée par le secrétaire général du PCF, Pierre Laurent, dès le soir du premier tour de l'élection présidentielle, afin de conter Marine Le Pen. "Le banquier d'abord" est notamment un détournement du slogan visible cette année sur les affiches du parti communiste, "2017, l'humain d'abord".

Les soutiens de Jean-Luc Mélenchon, dont le PCF fait partie, sont extrêmement divisés quant à la conduite à tenir dans les bureaux de vote le 7 mai prochain, certains préférant voter blanc ou s'abstenir, d'autres se résignant à voter pour Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle.