INFOGRAPHIE. A quoi ressemblent les nouveaux sénateurs ?

Portrait-robot des 178 sénateurs élus dimanche 28 septembre.

On prend les mêmes et on recommence ? Après le renouvellement partiel du Sénat, francetvinfo a voulu savoir si les 178 nouveaux arrivants avaient le même profil que les 346 élus qui constituaient le précédent Sénat. A l'heure de la parité et du non-cumul des mandats, force est de constater que la série 2, la moitié du Sénat qui a été renouvelée dimanche 28 septembre, ne détonne pas beaucoup.

Moins de femmes, plus de jeunes

Le Sénat qui a siégé entre 2011 et 2014 comptait 22,8% de femmes. C'est peu, mais tout de même plus que la nouvelle moitié, qui a vu 21,9% de femmes élues. Le scrutin à la proportionnelle, censé favoriser la parité puisqu'il fait alterner femmes et hommes sur les listes de candidats, a pourtant été élargi aux départements comptabilisant trois sièges. L'effet mécanique attendu ne s'est pas produit. 

En revanche, cette nouvelle série 2 rajeunit l'hémicycle. La présence de David Rachline, plus jeune sénateur de la Ve République à 26 ans, n'explique pas tout. La moitié du Sénat renouvelée dimanche compte en effet près de 4% de sénateurs âgés de moins de 40 ans, contre seulement 0,3% (représentés à elle seule par Cécile Cukierman, 38 ans) avant cette élection. Résultat, la moyenne d'âge est ramenée de 62 ans à 60 ans.

Les retraités, catégorie la plus représentée au Sénat

Le parcours des sénateurs n'est pas non plus très différent. La nouvelle moitié compte un peu moins de retraités que l'ancienne chambre, mais ils représentent encore près d'un nouvel élu sur cinq. Suivent les sénateurs issus de l'enseignement, les salariés et les fonctionnaires, en proportion comparable.

Quant à leur parcours politique, il est plus difficile à comparer puisque le Sénat ne dispose pas de données précises sur l'ancienne composition. On sait en tout cas que près de la moitié des nouveaux sénateurs sont également maires d'une commune, qu'un sur six est président de conseil général et que l'un des nouveaux élus est également président de conseil régional. En 2017, ils devront nécessairement abandonner ces mandats afin de respecter la loi sur le non-cumul votée au début de l'année.