VIDEO. Soupçons d'emploi fictif dans son entourage : "c'est une grosse ficelle" se défend Claude Bartolone

Candidat à la présidence de la Région Ile-de-France, il est inquiété par une enquête sur un possible emploi fictif au Conseil général de Seine-Saint-Denis, lorsqu'il en était le président. 


Claude Bartolone s'exprime sur la récente... par onpc

"Quand on essaye de mélanger le temps de la justice avec le temps électoral, c'est que quelque chose ne fonctionne pas." Pour la première fois, Claude Bartolone s'explique après l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet de Bobigny sur un possible emploi fictif au Conseil général de Seine-Saint-Denis, lorsque celui-ci était présidé par l'actuel président de l'Assemblée.

Celui qui est candidat à la présidence de la Région Ile-de-France était invité samedi 10 octobre de l'émission "On est pas couché" sur France 2. Il a répondu à ce que Laurent Ruquier a appelé les "boules puantes de la campagne électorale". Claude Bartolone s'est défendu en expliquant qu'il n'avait pas besoin d'offrir un emploi fictif à un élu du canton de Pantin-Est pour le récompenser de lui avoir cédé une place élective dans le cadre de l'élection à la présidence du département : "J'étais candidat alors que M. Didier Segal-Saurel n'était plus le candidat des écologistes (...). Et j'étais candidat sur un canton où, aux élections législatives d'avant, un an avant, j'ai fait 43% au premier tour", a-t-il expliqué. Mais en cas de condamnation, il envisage de quitter la vie politique : "C'est quelque chose qui m'amènerait à arrêter immédiatement la vie politique et tous mes mandats."

Claude Bartolone, le 7 octobre 2015. 
Claude Bartolone, le 7 octobre 2015.  (THOMAS SAMSON / AFP)