La justice s'intéresse à un possible emploi fictif dans l'entourage de Claude Bartolone

Le parquet de Bobigny se penche sur l'embauche d'un élu de Pantin au conseil général de Seine-Saint-Denis, sous la présidence du socialiste, révèle "Le Monde" mardi.

Le président socialiste de l\'Assemblée nationale, Claude Bartolone, le 29 septembre 2015 à Paris.
Le président socialiste de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, le 29 septembre 2015 à Paris. (CITIZENSIDE / PATRICE PIERROT / AFP)

Des révélations embarrassantes en pleine campagne pour les élections régionales de décembre. Le Monde révèle, mardi 6 octobre, que le parquet de Bobigny a ouvert une enquête préliminaire, à la fin septembre, sur un possible emploi fictif au Conseil général de Seine-Saint-Denis, lorsque celui-ci était présidé par Claude Bartolone, l'actuel président de l'Assemblée, candidat PS à la présidence de la région Ile-de-France.

Contacté par francetv info, le parquet de Bobigny confirme qu'une plainte contre X est déposée à propos de ces soupçons d'emploi fictif. Il ne s'agit pas d'une infraction caractérisée, précise le parquet, juste de soupçons encore peu étayés, mais qui suffisent pour demander à la police des investigations complémentaires.

La Direction centrale de la police judiciaire, qui enquête sur un éventuel détournement de fonds publics, s'intéresse à l'embauche de Didier Segal-Saurel, écrit le quotidien du soir.  En 2008, cet élu de Pantin "laisse sa place" à Claude Bartolone sur la liste de gauche pour les régionales, relate Le Monde. Après la victoire de cette liste, Didier Segal-Saurel est engagé dans le cabinet de Claude Bartolone. Puis, il devient conseiller du président de Seine-Saint-Denis Avenir, un organisme lié au conseil général, dont les finances sont pourtant exsangues, jusqu'en 2012, poursuit le journal.

Un contrat signé par "le président du conseil général"

Lorsque Claude Bartolone quitte la présidence du département pour celle de l'Assemblée nationale, après la présidentielle, Didier Segal-Saurel devient "chargé de projet" à la direction de la culture du département. Son contrat est signé par "le président du conseil général lui-même", souligne la Chambre régionale des comptes d'Ile-de-France, citée par le journal.

La Chambre, qui a rédigé un rapport sur la gestion du département lorsqu'il était dirigé par Claude Bartolone, émet plusieurs réserves. Didier Segal-Saurel avait pour mission de rédiger un ouvrage historique sur le département, or ce livre n'a toujours pas été publié, trois ans après. L'élu a été embauché "précipitamment", "sans que les besoins du département soient explicites". Et "le niveau de diplôme de l'intéressé ne correspondait pas à celui requis s'agissant d'un administrateur territorial". Verdict : "Une incertitude existe sur la réalité de son service au sein de cette direction".