Vidéo Régionales : en PACA, "le mouvement politique que je représente n'aura pas de difficulté à travailler avec Renaud Muselier", réagit Christophe Castaner

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Pour le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, le centre de gravité de LREM ne s'est pas déplacé vers le centre-droit.

"En région Paca, je sais que le mouvement politique que je représente n'aura pas de difficulté à travailler avec Renaud Muselier", réagit Christophe Castaner, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale, sur France Inter lundi 3 mai après l'annonce d'une alliance pour les élections régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur entre le président sortant Les Républicains de la région, Renaud Muselier, et la liste La République en Marche.

Pour Christophe Castaner, le centre de gravité de LREM ne s'est pas déplacé vers le centre-droit. "Je viens de la gauche, je reste de gauche et je l'assume parfaitement", explique-t-il.

"En revanche, je sais qu'en région Paca, je n'aurai pas, non pas moi personnellement mais le mouvement politique que je représente, de difficulté à travailler avec Renaud Muselier."

Christophe Castaner

à France Inter

L'ancien ministre de l'Intérieur déplore ensuite le fait que Les Républicains aient retiré l'investiture de leur parti à Renaud Muselier : "Je constate la réaction immédiate des LR pour qui ce serait terrible de travailler avec nous pour la région, pour mettre en place le plan de relance par exemple." Le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale ajoute qu'"En Marche s'est construit depuis 2016 sur une promesse, celle du dépassement politique." D'après lui, ce dépassement est "une liberté ne pas se demander si un interlocuteur est de droite ou de gauche pour savoir si son idée est la bonne."

Selon l'ancien ministre de l'Intérieur, si son parti n'a pas encore remporté de grande victoire locale c'est que "le Parti socialiste a fêté un siècle de vie, tandis que la République en Marche a fêté ses cinq ans". "Cinq ans d'enracinement local avec près de 10 000 élus aux élections municipales, mais pas de grande victoire, je ne vais pas le nier. Aujourd'hui nous sommes donc un jeune parti politique qui construit son action dans le dépassement politique."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.