Femme voilée comparée à une "chauve-souris" : le directeur de cabinet du maire de Saint-Denis s'excuse

Frédéric Bonnot a appelé l'assesseure pour lui présenter ses excuses de vive voix.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Mathieu Hanotin, le maire (PS) de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), en 2017. (THOMAS SAMSON / AFP)

Après avoir qualifié une assesseure voilée de "chauve-souris" dans un groupe WhatsApp, le directeur de cabinet du maire de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) s'est excusé mercredi 7 juillet, rapporte France Bleu Paris. Sur Facebook, Frédéric Bonnot avoue avoir "commis l'erreur d'utiliser un qualificatif extrêmement déplacé au sujet de cette femme", une "Dionysienne [habitante de Saint-Denis], dont l'engagement républicain est admirable".

"Je tiens à m’excuser sincèrement auprès de toutes celles et tous ceux que j'ai blessés", poursuit Frédéric Bonnot. "En écrivant cela, mon intention était de me moquer du candidat d'extrême droite. Je ne me suis pas rendu compte de la portée de mes propos", déclare-t-il. Tout est parti d'une polémique lancée lors du premier tour des régionales et départementales, lorsque le candidat du RN, Jordan Bardella, s'est retrouvé dans un bureau de vote de Saint-Denis face à une assesseure voilée, selon Brahim Chikhi. Sa démission du poste d'adjoint chargé des finances et des ressources humaines, mardi 6 juillet, n'est pas liée à l'affaire.

Plusieurs opposants demandent une sanction pour Frédéric Bonnot

Frédéric Bonnot précise avoir appelé l'assesseure pour lui présenter ses "sincères excuses" et rappelle être "un militant de l’égalité" et que "l’anti-racisme est au cœur de [son] engagement". "Mon attachement viscéral aux valeurs républicaines et démocratiques fonde depuis trente ans mon engagement militant et citoyen. Aucune instrumentalisation ne saurait le remettre en cause", assure-t-il.

Depuis les révélations de France Bleu Paris, mardi 6 juillet, de nombreuses voix s'élèvent pour réclamer une sanction contre le directeur de cabinet, voire son départ ainsi que des explications de la part du maire (PS) Mathieu Hanotin. Le député (PCF) Stéphane Peu demande l'ouverture d'une enquête administrative, alors que Bally Bagayoko (LFI) et d'autres opposants appellent à un rassemblement jeudi 8 juillet à 18h30 devant l'hôtel de ville.

Matthieu Hanotin attaque son ex-adjoint

Le maire de Saint-Denis quant à lui, n'a toujours pas réagi officiellement à ces propos rédigés par son directeur de cabinet. Mais dans un message envoyé aux membres de sa majorité que France Bleu Paris a pu consulter, Mathieu Hanotin attaque sèchement son ex-adjoint. "À l'évidence Brahim Chikhi est passé du côté de la haine et de la détestation pure et simple (...) Tout ça pour une seule et unique raison, parce que j'ai choisi de lui retirer la responsabilité de la gestion des RH de la mairie", écrit l'élu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections régionales 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.