Régionales 2015 : la stratégie des Républicains peut-elle tenir ?

Sur le plateau du 13 heures, Nathalie Saint-Cricq analyse la position de Nicolas Sarkozy, qui refuse toute fusion ou retrait pour le second tour des régionales.

FRANCE 2

Le président du parti Les Républicains a été clair : il refuse toute fusion ou retrait de ses listes pour tenter de battre le FN. Mais cette stratégie est peut-être tenable à court terme, mais plus difficile à long terme, selon Nathalie Saint-Cricq. "Nicolas Sarkozy s'est toujours présenté depuis plusieurs semaines comme  le bouclier le plus efficace pour limiter le Front national, et aujourd'hui, les Républicains se retrouvent en partie siffonés par le FN", résume-t-elle sur le plateau de France 2.

Et après le second tour ?

Selon l'analyste politique, il devrait donc y avoir des explications au sein du parti après le second tour. "Une question de ligne plus centre-droit, comme celle d'un Alain Juppé ou d'un Jean-Pierre Raffarin, avec bien sûr, la primaire en ligne de mire, et la présidentielle derrière." Nathalie Saint-Cricq estime par ailleurs que la réaction de Sarkozy face aux retraits du PS dans le Nord et le Sud-Est est "étonnante et un peu dangereuse. Il ne s'agissait pas de les accueillir à bras ouverts, on se serait fait traiter d'UMPS par le Front national, mais juste de faire un signe, car faire voter dans le Nord et le Sud pour la droite, ça va être difficile, s'il y a en plus une espèce de rejet".
 

Le JT
Les autres sujets du JT
Nicolas Sarkozy lors d\'un meeting des Républicains le 2 décembre 2015 à Saint-Jean-Le-Blanc (Loiret). 
Nicolas Sarkozy lors d'un meeting des Républicains le 2 décembre 2015 à Saint-Jean-Le-Blanc (Loiret).  (GUILLAUME SOUVANT / AFP)