Vote par anticipation pour la présidentielle : le "problème", c'est "l'utilisation des machines à voter" affirme le sénateur LREM Xavier Iacovelli

"Je ne suis pas sûr de voter cet amendement",  a déclaré Xavier Iacovelli, sénateur LREM des Hauts-de-Seine, sur franceinfo.  

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le sénateur Xavier Iacovelli en visite dans un centre de rétention administrative au Mesnil-Amelot, le 6 mai 2019. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Un amendement a été déposé mardi matin par le gouvernement au Sénat pour un "vote par anticipation" sur des machines à voter lors de la prochaine élection présidentielle. "Je ne suis pas sûr de le voter", déclare mercredi 17 février sur franceinfo Xavier Iacovelli, sénateur LREM des Hauts-de-Seine. 

franceinfo : Que pensez-vous de cet amendement ?

Xavier Iacovelli : Je ne suis pas sûr de le voter cet amendement. J'avais déposé une proposition de loi l'année dernière pour le vote par correspondance. Je pensais qu'il fallait, dans la crise démocratique que nous traversons, faciliter la vie des Français pour le vote en général. Le ministre de l'Intérieur en a décidé autrement. Cela fait 13 ans que je suis élu local et je me suis toujours opposé au vote électronique et notamment aux machines à voter dans les communes.

Etes-vous en désaccord complet avec l'exécutif ?

Pas complètement. Je trouve que le vote par anticipation est une bonne idée, notamment parce que cela permet de faciliter le vote des Français et cela les incite à voter. Ce qui me pose problème c'est l'utilisation des machines à voter. Je ne pense pas qu'il y ait un problème de sécurité, mais il y a un problème de confiance sur le fait de recompter. On ne peut pas recompter les votes sur les machines à voter. Donc, s'il y a un écart entre les feuilles d'émargement et le vote sur machine on ne peut pas justifier de ces écarts. Avec les bulletins papiers on peut recompter et trouver éventuellement une erreur. C'est ça qui me dérange. C'est pour ça que j'ai toujours défendu le moratoire depuis 2007 et la suppression de ces machines.

Avez-vous été consulté sur cet amendement ?

J'attends les débats. Pour le moment, je ne suis pas convaincu. Il est arrivé hier, j'ai peu de recul sur cette proposition. Le gouvernement émet un amendement, il ne demande pas forcément l'avis des parlementaires et c'est normal. Il est libre de le déposer et moi je suis libre de voter ou pas les propositions du gouvernement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.