Les résultats dans votre commune :

Vidéo Présidentielle : le voile "est un uniforme islamiste", pour Marine Le Pen, qui veut l'interdire dans l'espace public

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le port du voile sera verbalisé d'une amende comme une infraction au code de la route, assure la candidate du Rassemblement national qui considère qu'il est un outil d'oppression pour les femmes.

Le voile "est un uniforme islamiste et c'est au titre de l'uniforme islamiste que je l'interdirai dans l'espace public", a déclaré la candidate du Rassemblement national (RN) à la présidentielle, Marine Le Pen, vendredi 8 avril sur franceinfo. "Cette affaire de voile est incluse dans une grande loi de lutte contre le fondamentalisme islamiste, dans laquelle il y a l'expulsion des prêcheurs de haine, la fermeture des mosquées salafistes", a-t-elle ajouté.

>> En 2019, Emmanuel Macron estimait que le port du voile dans l'espace public n'était "pas son affaire".

"Toutes les femmes qui portent un voile ne sont pas des islamistes", a-t-elle néanmoins précisé. Selon elle, "beaucoup sont des victimes, elle est là la réalité. Ce que personne ne veut dire, c'est que beaucoup vivent dans un environnement qui est un environnement culturel où elles subissent une pression très importante, précisément, de ceux qui cherchent à imposer l'islamisme dans notre pays".

"Je veux que toutes les femmes se considèrent absolument libres de faire ce qu'elles veulent faire."

Marine Le Pen

à franceinfo

Selon Marine Le Pen, "beaucoup qui ne portent pas le voile finissent par le porter, parce qu'elles sont traitées de prostituées, parce qu'on met en doute leur pudeur, parce qu'on met en doute leur intégrité physique. Ça, je ne le veux pas en France."

Le voile sera donc interdit partout sauf à la maison et à la mosquée si elle est élue. La police nationale verbalisera. "Si vous ne respectez pas la loi, vous avez une amende. C'est comme la ceinture de sécurité", conclut Marine Le Pen.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.