Cet article date de plus de deux ans.

Présidentielle 2022 : "Rien n'est joué, le pire est toujours possible", estime Jean Castex

S'il reconnaît qu'"il y a sûrement des erreurs commises" pendant le quinquennat d'Emmanuel Macron, le Premier ministre assure que si Marine Le Pen est élue, "il y aura des conséquences très graves".

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Le Premier ministre Jean Castex, le 19 avril 2022 sur France Inter. (FRANCEINTER / RADIO FRANCE)

"Rien n'est joué" pour le second tour de la présidentielle dimanche, a estimé Jean Castex mardi 19 avril sur France Inter, convaincu qu'il "ne faut pas donner l'idée que le match est plié" entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, "il ne l'est pas". Le Premier ministre s'est dit préoccupé par l'échéance du 24 avril : "La priorité c'est de gagner l'élection présidentielle, c'est de faire en sorte que notre pays reste fidèle à lui-même". "Nous devons convaincre [les Français] que le programme d'Emmanuel Macron est le meilleur pour la France et pour eux", a-t-il martelé, considérant que "si Marine Le Pen est élue, dimanche, il y aura des conséquences très graves pour notre vie quotidienne, pour l'économie et pour la souveraineté de la France".

>> Suivez en direct le duel à distance d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen pendant l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle.

Répondant aux électeurs qui souhaiteraient s'abstenir, le Premier ministre a jugé que "s'abstenir c'est mettre dos à dos Emmanuel Macron et Marine Le Pen, or il y a des différences fondamentales, des différences très fortes" entre les deux candidats. Jean Castex a ainsi fait valoir "l'esprit de protection" avec lequel Emmanuel Macron a géré la crise sanitaire, empêchant "des milliers de faillites" et protégeant "des millions de salariés du chômage par l'activité partielle". S'il a reconnu "qu'il y a sûrement eu des erreurs" de commises, "le pire est toujours possible", a-t-il mis en garde faisant référence à un possible quinquennat de Marine Le Pen.

"Marine Le Pen se présente sous des atours sympathiques de bonne mère de famille, mais les Le Pen restent les Le Pen."

Jean Castex, Premier ministre

à France Inter

"Et la politique de Madame Le Pen serait dramatique pour notre pays", estime le Premier ministre qui a appelé à ouvrir les yeux sur le visage de la candidate du RN, "même si elle noie tout cela dans des propositions contradictoires, qu'elle apparaît comme une dame gentille avec ses chats". Il l'a comparée au chat Raminagrobis, dans la fable de La Fontaine Le chat, la belette et le petit lapin. "C'est un chat tout doux, tout gentil, et quand ce pauvre petit lapin et cette pauvre belette arrivent jusqu'à lui, il les croque, il les mange. C'est ça, derrière Marine, il y a toujours un Le Pen, il faut quand même le rappeler", a insisté le Premier ministre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.