Présidentielle 2022 : Le Pen, Mélenchon, Zemmour… Ces candidats inquiets de ne pas décrocher leurs 500 parrainages à l'approche de la date limite

La fin de la période de collecte approche et certains prétendants peinent à réunir les signatures d'élus nécessaires avant le 4 mars.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 8 min.
Les candidats à la présidentielle ont jusqu'au 4 mars pour collecter les 500 parrainages minimum requis pour espérer se présenter au premier tour du scrutin le 10 avril 2022.  (MAXPPP)

Ils sont entrés dans la dernière ligne droite. Si certains candidats sont d'ores et déjà assurés d'être présents au premier tour de l'élection présidentielle, le 10 avril, d'autres sont à la peine dans la course aux 500 parrainages d'élus, condition sine qua non pour prétendre à la course à l'Elysée. La période de recueil s'achève le 4 mars.

A sept semaines du scrutin, six candidats sont assurés de se présenter. Dans le trio de tête, on retrouve Valérie Pécresse (1 945 parrainages), Emmanuel Macron (1 345), qui ne s'est toutefois pas encore officiellement déclaré, et Anne Hidalgo (1 074). Les candidates LR et PS ainsi que le président sortant viennent d'être rejoints par Nathalie Arthaud (529), ex aequo avec Fabien Roussel (529) et Jean Lassalle (503), selon le dernier décompte publié par le Conseil constitutionnel, le 17 février.

Pour les autres candidats, la place n'est toujours pas garantie. Si Yannick Jadot s'approche du seuil des 500 parrainages avec seulement 10 signatures manquantes, d'autres, comme Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Eric Zemmour, Philippe Poutou, Christiane Taubira et Hélène Thouy, sont loin de la barre des 500 signatures. Il ne leur reste plus que 12 jours pour les trouver, et certains font part de leur inquiétude à l'idée de ne pas les obtenir.

Nicolas Dupont-Aignan, 379 parrainages, mais "inquiet"

Le chef de file de Debout la France s'est dit "inquiet" avec ses 379 soutiens officiellement comptabilisés par le Conseil Constitutionnel, lors de son passage au journal de 13 heures de TF1, samedi. Candidat pour la troisième fois à l'élection présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan assure avoir "480 engagements réels""Il m'en manque 20", a-t-il précisé, comptant semble-t-il les promesses de parrainages engrangées. Le souverainiste a dénoncé "la pression sur la liberté des maires", les enjoignant à être "libres" de donner leur signature au candidat de leur choix, "car la qualité de la présidentielle, c'est-à-dire la diversité du choix, dépend d'[eux]".  

Nicolas Dupont-Aignan a également critiqué la "banque des parrainages" de François Bayrou, dont il ne peut bénéficier, accusant "le président de la République de choisir lui-même ses concurrents". Le président du MoDem, allié d'Emmanuel Macron, a proposé de venir en aide aux candidats en manque de signatures d'élus avec une "banque des parrainages", un site internet où les maires sont invités à se regrouper afin de répartir leurs signatures. Mais cette aide ne s'adresse qu'aux candidats atteignant les 10% dans les sondages sur les intentions de votes. Un seuil que le député de l'Essonne, qui culmine à 2%, n'atteint pas.  

Jean-Luc Mélenchon, 370 parrainages et des "insoumis" "pas tranquillisés"

"Nous ne sommes pas inquiets, mais pas tranquillisés", a glissé le coordinateur de La France insoumise, Adrien Quatennens, au Parisien, vendredi 18 février. "Il nous manque 130" parrainages, avait chiffré la veille sur franceinfo le député LFI du Nord, assurant que "le travail se poursuit" et en appelant "aux élus".

Le chef de file des députés "insoumis", Jean-Luc Mélenchon, avait d'ailleurs déposé une proposition de loi instaurant une procédure de parrainages citoyens pour la candidature à l'élection présidentielle, le 26 octobre 2020. Le texte ne remet pas en cause le principe d'un filtre pour participer à l'élection, mais il propose qu'il soit confié "directement aux citoyens au même titre qu'aux élus".

Marine Le Pen, 366 parrainages, mais "une situation terrifiante"

"Nous n'avons pas les parrainages. C'est une situation démocratiquement terrifiante. Je n'ai jamais été aussi inquiète", a assuré la candidate du Rassemblement national, invitée de "Questions politiques" sur France Inter et franceinfo, dimanche. "Aujourd'hui, il me manque une cinquantaine de parrainages", a précisé Marine Le Pen, qui s'est dite "extrêmement inquiète" du fait que "beaucoup de candidats sont dans la même situation qu'[elle]". 

Depuis septembre, l'équipe de campagne de Marine Le Pen est "sur le terrain" à la recherche de ces parrainages, selon ses dires. La candidate a lancé un appel d'"urgence" à tous les maires "qui trouveraient inouï, scandaleux, gravissime, que quelqu'un qui a été au second tour de l'élection présidentielle et qui peut gagner cette élection en 2022, ne puisse pas, pour des raisons administratives, être présente dans cette compétition électorale".

Marine Le Pen a tenu par ailleurs à "féliciter François Bayrou pour son initiative de banque des parrainages", assurant que si elle était amenée à devoir puiser dans cette banque, elle le ferait.

Eric Zemmour, 291 parrainages et "aucune certitude"

Le candidat de Reconquête ! n'a "aucune certitude" d'atteindre les 500 parrainages dans les délais impartis, a-t-il affirmé lors de son passage dans le "Grand rendez-vous" Europe 1/CNews/Les Echos, dimanche. "C'est très dur", a assuré Eric Zemmour. "On passe des heures à téléphoner, mon ami Philippe de Villiers parle des heures avec les maires, Guillaume Peltier parle des heures avec les maires, moi-même je passe un temps fou à téléphoner aux maires pour essayer de les convaincre", a-t-il décrit.

Jurant n'être "assuré de rien" quant à sa présence au premier tour, Eric Zemmour a prévenu que son incapacité à se présenter serait "le révélateur d'un dévoiement de cette procédure de parrainage".

Philippe Poutou, 199 parrainages mais "ce n'est pas mort"

"Battons-nous pour avoir ces 500 parrainages." Philippe Poutou veut y croire. L'ouvrier automobile, candidat pour la troisième fois avec le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), assure avoir "une centaine de promesses de parrainages entre les mains", dans une vidéo postée jeudi sur son compte Twitter. Il lui resterait donc à les concrétiser et à trouver environ 200 autres parrainages dans les douze jours qui restent.

Pour Philippe Poutou, "ce n'est pas mort". "Il y a cinq ans, on était quasiment pareil et on avait réussi à contourner le barrage", a-t-il rappelé avant de lancer un appel à tous les élus à faire "ce geste démocratique", en parrainant le NPA. "Il faut que les candidatures comme la nôtre soient présentes, pour des questions politiques évidemment, parce qu'on est anticapitalistes, mais aussi pour des questions sociales, parce qu'on est les rares salariés à être candidats à cette élection-là." 

Philippe Poutou dénonce ce système de parrainages comme "profondément antidémocratique" et condamne également la "banque des parrainages" du patron du MoDem, "complètement hors la loi". Pour le candidat d'extrême gauche, "c'est la preuve d'un pouvoir politique qui essaie d'écarter les candidatures comme la nôtre".

Christiane Taubira, 86 parrainages et "une interrogation démocratique"

La candidate de gauche, désignée lors de la Primaire populaire, n'a pas caché être dans "une interrogation démocratique" quant aux 86 parrainages qu'elle a obtenus, alors qu'elle était l'invitée de "BFM Politique" sur BFMTV, dimanche. "Nous avions plus de 600 promesses de parrainages, donc il y a à trouver l'explication entre le fait d'avoir autant de promesses de parrainages et d'avoir aussi peu de parrainages concrétisés", a-t-elle soulevé

Le "retrait" du Parti radical de gauche de la campagne de Christiane Taubira, mi-février, a jeté un doute de plus sur la candidature de l'ex-ministre de la Justice, qui n'a pas décollé depuis sa désignation, fin janvier.

Pour Christiane Taubira, son échec à recueillir les 500 parrainages voudrait dire qu'un processus démocratique, la Primaire populaire, qui a mobilisé "près d'un demi-million de personnes", "serait empêché par un dispositif administratif" et que "l'on priverait la jeunesse du débouché politique de ses attentes".

Hélène Thouy, 74 parrainages et une "tâche difficile"

L'avocate, cofondatrice et coprésidente du Parti animaliste, qui est créditée de 0 à 2% des intentions de votes, assure avoir eu "300 promesses de soutien", mais "des élus nous expliquent subir des pressions aux subventions, de conseils départementaux et régionaux", a-t-elle dévoilé lors d'un entretien accordé à Ouest France, vendredi 18 février. Hélène Thouy, qui a dénoncé des pressions auprès de l'Association des maires de France, espère que la situation pourra se "débloquer".

"Nous sommes habitués à ce qu'on nous rende la tâche difficile et à ne jamais laisser tomber", a-t-elle écrit vendredi sur son compte Twitter. "Il reste 15 jours ! Avec vous, nous pouvons le faire pour les animaux", a martelé la candidate, qui invite les citoyens à inciter leur maire à parrainer le Parti animaliste. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.