Présidentielle 2022 : Christiane Taubira veut croire aux "convergences" d'une gauche pourtant divisée, dans une tribune publiée par "Le Monde"

L'ancienne ministre de la Justice s'est donné un temps de réflexion pour annoncer ou non sa candidature à l'Elysée. Elle invite les différents courants de gauche à se rassembler.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira lors d'une déplacement à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), le 18 décembre 2021. (MICHEL STOUPAK / NURPHOTO via AFP)

Elle n'a pas encore fait son choix. Christiane Taubira se donne jusqu'à la mi-janvier pour prendre une décision sur une éventuelle candidature à l'élection présidentielle. En attendant, l'ancienne ministre de la Justice appelle les différentes sensibilités de gauche à faire fi de leurs "divergences" et à se retrouver autour d'un projet commun, dans une tribune publiée par Le Monde, mercredi 29 décembre. Energie, Union européenne, TVA... "Je pose que la délibération collective, sous procédure législative ou sous forme citoyenne, doit être réhabilitée pour trancher sur ces grands enjeux."

>> Présidentielle 2022 : Hidalgo, Mélenchon, Jadot… Les programmes des candidats de gauche sont-ils si différents ?

Elle déroule également la liste des points sur lesquels la gauche peut se retrouver comme "le choc climatique", les services publics, l'école, la recherche... Et semble dessiner un programme, en réclamant notamment "des dotations annuelles" pour le service de santé public, la rénovation de millions de logements thermiquement défaillants, l'augmentation du salarire minimum ou encore le rétablissement de l'impôt sur la fortune.

"Les convergences ne manquent pas, malgré une propension avérée à inventer entre nous des querelles insurmontables."

Christiane Taubira, ancienne ministre de la Justice

dans une tribune publiée par "Le Monde"

"Nos convergences, même avec des nuances sur certains sujets et sur des méthodes, sont suffisantes pour nous permettre de gouverner ensemble cinq ans durant", écrit-elle encore. Christiane Taubira ajoute que les différents courants de gauche sont "liés par un destin collectif qui transcende les péripéties personnelles" des différents responsables politiques. "Nous, la gauche, avons notre part dans des inégalités sociales et des injustices, dans la démoralisation d’une partie de la population, et même dans le désarmement industriel, par impuissance ou compromis inopportuns", poursuit l'ancienne ministre de la Justice. "Et lorsque ce n’est pas notre faute, c’est notre responsabilité."

>> Présidentielle 2022 : comment Christiane Taubira s'est laissé convaincre d'entrer en campagne

Reste à connaître le sort réservé à cet appel. Crédité de 5 à 8,5% des voix dans les intentions de vote, Yannick Jadot refuse catégoriquement de se rallier à une éventuelle primaire de la gauche proposée par la socialiste Anne Hidalgo, alors que le total cumulé de tous les prétendants de gauche peine à dépasser la barre des 25% dans les sondages. La maire de Paris a déjà annoncé sur BFMTV qu'elle ne se retirera pas si Christiane Taubira présente sa candidature en janvier. La finaliste de la primaire écologiste, Sandrine Rousseau, pour sa part, se "réjouit de l'arrivée de Christiane Taubira dans ce jeu".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Actualité Présidentielle 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.