Vidéo  A une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, des Français désintéressés par la politique ?

Publié Mis à jour
"Dimanche en politique" : à une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, des Français désintéressés par la politique ?
Article rédigé par
F.Letellier - France 3
France Télévisions

A une semaine du premier tour de l'élection présidentielle, Francis Letellier revient sur la fracture entre la population et ses dirigeants politiques, dimanche 3 avril. Il est accompagné de l'économiste Julia Cagé, des journalistes Jean-Laurent Cassely et Anne Rosencher et de Jérémie Peltier, directeur des études de la Fondation Jean-Jaurès.

Dans l'émission "Dimanche en politique", Francis Letellier revient avec ses invités, dimanche 3 avril, sur le sentiment des Français vis-à-vis de leurs dirigeants politiques. Le journaliste Jean-Laurent Cassely commence par dresser un bilan de la vie des Français après le quinquennat d'Emmanuel Macron : "Tout le monde est quand même très fatigué après ces cinq années, parce qu'elles ont été émaillées de crises qui ont impacté tout le monde."

L'économiste Julia Cagé analyse ensuite la fracture entre les Français : "Il y a deux Frances. Il y a une France qui s'en est bien tirée au cours de ce quinquennat, et il y a une France qui a beaucoup plus subi tout au long du quinquennat."

"Une baisse d'intérêt pour la chose politique"  


La journaliste Anne Rosencher se penche ensuite sur le sentiment des Français d'être délaissés par leurs dirigeants politiques, qui ne parlent pas d'eux : "Le discours politique, le vocabulaire politique, (sont) devenus totalement urticants et inaudibles". Pour la journaliste, cela "marque une espèce de fracture dans la crise de citoyenneté qu'on vit".

Enfin, le directeur de la Fondation Jean-Jaurès Jérémie Peltier note, au cours des cinq dernières années, "une baisse d'intérêt pour la chose politique. (...) Vous voyez que les audiences, globalement, par exemple pour les émissions politiques, sont de moins en moins bonnes". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.