Percée du FN : zoom sur le populisme en Europe

Alors que la France vit une percée populiste, France 2 s'intéresse à la poussée populiste en Europe.

France 2

Dimanche 6 décembre, le FN a récolté près de 28% des voix, une percée populiste qui n'est pas isolée en Europe. "Il y a d'abord le club des 20%, les pays où aux élections européennes l'année dernière, les partis dits populistes ont crevé les plafonds. La France, la Grande-Bretagne, le Danemark, l'Autriche et l'Italie", explique Étienne Leenhardt. On trouve aussi d'autres pays d'Europe où le populisme n'existait quasiment pas et qui l'ont vu "devenir populaire" en seulement quelques années. C'est le cas pour la Suède et la Finlande par exemple.

La crise migratoire, un "aspirateur à électeurs"

Comment expliquer cette montée du populisme européen ? "Pas de règles générales ni de corrélations directes apparentes. Au Danemark, vous savez le pays le plus heureux du monde, le taux de chômage est relativement faible, 6%. Le parti populaire danois, le premier parti du pays à 26,5% aux dernières européennes". Idem en Suisse où le populisme engrange de bons scores malgré un taux de chômage à 3,3%. À l'inverse dans des pays comme l'Espagne et le Portugal, où le chômage est haut, les partis populistes sont faibles. Autre raison : "la crise migratoire récente est incontestablement utilisée comme un aspirateur à électeurs", lâche le journaliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Julien Odoul, tête de liste FN dans l\'Yonne, avec Marine Le Pen, le 28 octobre 2015 à Besançon (Doubs).
Julien Odoul, tête de liste FN dans l'Yonne, avec Marine Le Pen, le 28 octobre 2015 à Besançon (Doubs). (SEBASTIEN BOZON / AFP)