INFOGRAPHIE. Épinglés par la Cour des comptes pour mauvaise gestion, ces maires ont été réélus

Aux municipales, les électeurs ont bien souvent privilégié les maires sortants... même quand ceux-ci n'avaient pas forcément brillé. Ainsi près de 80% des maires dont la gestion avait été épinglée par la Cour des comptes ont été réélus. A Sanary-sur-Mer (Var), le sortant a même été reconduit malgré un procès pour détournement de fonds publics.

Quand la Cour des comptes tance une commune pour mauvaise gestion financière, est-ce forcément une mauvaise nouvelle pour le maire ? Aux dernières élections municipales, selon nos calculs, près de 8 maires épinglés sur 10 qui se représentaient, ont été réélus... parfois dès le premier tour.  

Après les élections municipales, nous avons étudié quatre années de rapports des chambres régionales des comptes, sur la gestion de 800 communes françaises. “Endettement croissant”, “situation dégradée” : en tout 212 municipalités sont sévèrement critiquées. Mais la plupart des maires qui se représentaient n’ont pas été sanctionnés par les électeurs : 78% de maires épinglés, viennent d’être réélus.

Visualisez sur cette carte les municipalités de métropole concernées. Cliquez pour lire le nom de la commune.

 

A Sanary-sur-Mer dans le Var, la gestion du maire, Ferdinand Bernhard, avait ainsi été pointée du doigt en 2012 par la chambre régionale des comptes. Elle relevait des anomalies dans la gestion et les marchés publics de la ville, et l’utilisation d’une voiture de la commune par le maire... pour partir en vacances. 

Procès pour détournement de fonds publics

Le maire a répondu avoir depuis réorganisé ses services financiers, mais la chambre régionale des comptes a alerté la Justice. Et le mois dernier, Ferdinand Bernhard a comparu pour détournement de fonds publics, prise illégale d’intérêt et favoritisme. Le maire, qui plaide non coupable, encourt une peine de prison et d’inéligibilité. Le jugement sera rendu le 7 septembre 2020.  

En attendant, cela n’a pas empêché le maire de se faire réélire, pour un 6ème mandat, avec plus de 68% des voix dès le premier tour. « On est contents parce qu’il ne fait que des belles choses dans notre ville, et on revote pour lui ! » s’exclame une électrice. Pour un autre habitant, « quand la ville est agréable à vivre, on ferme un peu les yeux. » « Sincèrement j’aime beaucoup le maire, » assure une passante sur le marché. « Maintenant, si vraiment c’est vrai, que la Justice remplisse son rôle ! Ce n’est pas à nous de décider ! »   

Olivier Thomas, un ancien conseiller municipal d’opposition, a décidé d’arrêter la politique l’an dernier. Il est déçu que ses concitoyens se soucient si peu des critiques de la chambre régionale des comptes. « Je ne comprends pas que les électeurs n’aient pas ce réflexe de dire ‘halte-là, choisissons quelqu’un d’autre.’ Il n’y a pas plus égoïste qu’un électeur. C’est-à-dire qu’il va regarder devant sa porte : ‘ma rue est belle, j’ai des fleurs, il fait beau, les cigales chantent, c’est bon pour moi.’ »  

Contacté, le maire de Sanary n’a pas souhaité répondre à nos questions.   

Au moins 118 maires réélus après avoir été épinglés

Aux dernières municipales, selon nos calculs, au moins 118 maires ont été réélus après avoir été épinglés. Alors, quel est l’impact des avis de la Cour des comptes ? Sollicitée, l’institution souligne que les trois quarts de ses recommandations sont mises en œuvre. « Il s’agit de recommandations et non d’injonctions, puisque les travaux des juridictions financières ne sont pas contraignants, » écrit la Cour. « C’est aux citoyens et aux électeurs qu’il appartient de décider de la manière d’en tenir compte au moment de leur vote. »  

En décembre 2019, sur proposition du Premier ministre, l’un des maires, épinglé pour sa gestion, a lui-même été promu magistrat à la Cour des comptes. A lui désormais de traquer les mauvais gestionnaires.  

118 maires épinglés par la Cour des comptes ont été réélus
118 maires épinglés par la Cour des comptes ont été réélus (FRANCE 2)