Retrait de Benjamin Griveaux : Anne Hidalgo appelle "au respect de la vie privée et des personnes"

"Je prends acte" du retrait de Benjamin Griveaux, écrit la candidate socialiste, estimant que "les Parisiennes et les Parisiens méritent un débat digne".

La maire de Paris, candidate à sa succession, Anne Hidalgo, le 11 février 2020 dans la capitale.
La maire de Paris, candidate à sa succession, Anne Hidalgo, le 11 février 2020 dans la capitale. (BERTRAND GUAY / AFP)

La maire PS de Paris, Anne Hidalgo, candidate à sa succession, a appelé vendredi 14 février "au respect de la vie privée et des personnes", après le retrait vendredi matin de Benjamin Griveaux à la suite de la diffusion de vidéos et de conversations à caractère sexuel.

>> Retrait de Benjamin Griveaux : suivez en direct les réactions et les dernières informations

"Je prends acte" du retrait de Benjamin Griveaux, écrit la candidate, estimant que "les Parisiennes et les Parisiens méritent un débat digne"

Le candidat LREM a annoncé vendredi se retirer de la course aux municipales. En cause : la diffusion sur internet de vidéos à caractère sexuel et de captures d'écran de conversations personnelles attribuées à l’ancien porte-parole du gouvernement et proche d’Emmanuel Macron, qui ne sont à l'heure actuelle pas authentifiées.

"Ce torrent de boue m'a affecté"

"Je connaissais la dureté de la vie politique, depuis plus d'un an nous avons subi des propos diffamatoires, des mensonges, des attaques anonymes, la révélation de conversations privées dérobées et des menaces de mort", a-t-il entamé dans un enregistrement vidéo. 

"Ce torrent de boue m'a affecté, mais il a surtout fait du mal à ceux que j'aime. Comme si cela n'était pas suffisant, hier, un nouveau stade a été franchi : un site internet et des réseaux sociaux ont relayé des attaques ignobles mettant en cause ma vie privée", a poursuivi Benjamin Griveaux. 

"Ma famille ne mérite pas cela. Personne, au fond, ne devrait jamais subir cette violence. En ce qui me concerne, je ne suis pas prêt à nous exposer davantage ma famille et moi quand tous les coups sont désormais permis. Cela va trop loin", a-t-il conclu.