Cet article date de plus de six ans.

La justice ouvre une enquête sur la gestion du maire FN de Hayange

Cette enquête fait suite à une plainte pour abus de confiance, abus de bien social et harcèlement déposée par l'ex-première adjointe de Fabien Engelmann.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le maire Front national de Hayange (Moselle) Fabien Engelmann lors d'un conseil municipal, le 3 septembre 2014. (JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP)

Le parquet de Thionville (Moselle) a ouvert une enquête préliminaire concernant la gestion du maire Front national de Hayange, Fabien Engelmann. Le procureur de la ville, Christelle Dumont, a confirmé mardi 23 septembre, sans autre commentaire, cette information de Mediapart (abonnés).

Cette enquête fait suite à une plainte pour abus de confiance, abus de bien social et harcèlement déposée par l'ex-première adjointe de Fabien Engelmann, Marie Da Silva, elle-même adhérente du FN depuis un an. 

Une somme non déclarée sur les comptes de campagne

Démise de son mandat début septembre, elle accuse le maire FN de lui avoir emprunté environ 3 000 euros pour la campagne des municipales sans lui rembourser cette somme ni la déclarer sur son compte de campagne. Des faits qu'elle a dénoncés devant la Commission nationale des comptes de campagne.

Fabien Engelmann se serait, par ailleurs, fait rembourser des opérations de tractage menées bénévolement par ses colistiers au moyen de fausses factures. Maria Da Silva soutient également que le maire FN, employé dans une municipalité voisine, a pris un congé maladie de sept mois pour mener la campagne.

> Pressions, délations, tensions... Retrouvez notre reportage à Hayange par ici

L'ancienne première adjointe reproche aussi à Fabien Engelmann de harceler ses employés pour les pousser à la démission. "Quatre directeurs sur cinq sont partis", a-t-elle expliqué à Reuters. Fabien Engelmann, conseiller politique de Marine Le Pen, a toujours réfuté ces accusations.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.