Municipales : Mélenchon déplore "l'exemple désastreux à Paris" donné par le PCF

Le coprésident du Parti de gauche commente la décision du conseil départemental du PCF de Paris, qui s'est prononcé à 67% pour des listes municipales d'union avec les socialistes et leur candidate Anne Hidalgo.

Jean-Luc Mélenchon, le coprésident du Parti de gauche, le 5 septembre 2013 au siège du parti, à Paris. 
Jean-Luc Mélenchon, le coprésident du Parti de gauche, le 5 septembre 2013 au siège du parti, à Paris.  (PATRICK KOVARIK / AFP)

Jean-Luc Mélenchon tire la sonnette d'alarme. "Je déplore l'exemple désastreux qui sera donné si, à Paris, un des partenaires décide de quitter le Front de gauche" pour s'allier avec des socialistes aux municipales, a déclaré le coprésident du Parti de gauche devant les 300 représentants de son parti, réunis dimanche 13 octobre à Clermont-Ferrand, pour leur convention sur les élections municipales et européennes. 

Le conseil départemental du PCF de Paris s'est prononcé à 67% pour des listes municipales d'union avec les socialistes et leur candidate, Anne Hidalgo. Ce sont cependant les militants qui trancheront les 17, 18 et 19 octobre.

"Les partenaires du Front de gauche ne sont pas le second choix quand les socialistes ne veulent pas de vous", prévient Jean-Luc Mélenchon. "Personne n'est obligé d'être membre du Front de gauche. C'est un choix libre. On vient si on est d'accord avec l'indépendance. Il y a un programme, il s'appelle 'l'Humain d'abord', il y a une ligne stratégique", poursuit-il. "A Paris, il y aura une liste Front de gauche et c'est Danielle Simonnet qui la mènera", ajoute l'ancien candidat à la présidentielle, persuadé "qu'il y aura des dizaines de communistes" avec son parti.