Cet article date de plus de huit ans.

Municipales : Marseille pourrait basculer à gauche

Selon un sondage publié par le JDD, les principaux candidats à la primaire socialiste dans la ville gagneraient face à Jean-Claude Gaudin, au pouvoir depuis 1995.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La secrétaire d'Etat aux personnes âgées Marie-Arlette Carlotti, candidate aux primaires socialistes pour les municipales de Marseille en 2014, le 30 mai 2012 à Marseille (Bouches-du-Rhône),  aux côtés du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. (GERARD JULIEN / AFP)

Une page est-elle sur le point de se tourner pour la politique marseillaise ? Selon un sondage Ifop-Fiducial publié dimanche 24 février dans le JDD, les quatre principaux candidats à la primaire socialiste à Marseille seraient en mesure chacun d'emporter la mairie en 2014 face à Jean-Claude Gaudin (UMP), aux commandes de la cité phocéenne depuis 1995.

Dans l'hypothèse d'une triangulaire au second tour avec le candidat déclaré du Front national Stéphane Ravier, Patrick Mennucci (42%), député et président du groupe socialiste au Conseil municipal , Eugène Caselli (42%), président de la communauté urbaine, Marie-Arlette Carlotti (43%), secrétaire d'Etat aux personnes âgées, et Samia Ghali (43%), sénatrice des Bouches-du-Rhône, remporteraient chacun leur duel face au maire UMP Jean-Claude Gaudin (qui réaliserait entre 39 et 40% selon les cas).

Tapie et Guérini en arrière-plan

Au premier tour, le candidat socialiste en tête de liste rassemblerait, selon ce sondage, entre 24% et 27% face à un Gaudin autour de 35%. L'hypothèse d'une liste sans étiquette conduite par Bernard Tapie (13%) ne mettrait pas en péril la liste PS au premier tour, mais provoquerait une érosion significative à droite, la liste Gaudin perdant quatre points à 32% et celle de Stéphane Ravier chutant de 18/20% à 14%.

Une autre personnalité pourrait cependant peser sur ce scrutin : Jean-Noël Guérini, président socialiste du conseil général des Bouches-du-Rhône affaibli par une mise en examen mais qui livre des propos menaçants pour ses collègues dans une interview au JDD.

Sondage réalisé par Ifop-Fiducial pour le JDD, entre le 21 et le 23 février, par questionnaire auto-administré en ligne auprès d'un échantillon représentatif de 704 personnes de la population marseillaise âgée de 18 ans et plus (selon la méthode des quotas).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.