"Il n'est pas arrivé là tout seul, il y a eu un élan" : à Tours, l'écologiste Emmanuel Denis a réussi à fédérer la gauche

Le candidat Europe Écologie-les Verts l'a emporté dimanche avec près de 55% des voix, contre le maire sortant de droite.

L\'hôtel de ville de Tours, en avril 2015 (illustration).
L'hôtel de ville de Tours, en avril 2015 (illustration). (GUILLAUME SOUVANT / AFP)

"Un autre monde est possible. On y croit, on a envie de le construire collectivement", s'enthousiasme une militante, présente aux côtés du nouveau maire de Tours, Emmanuel Denis, dimanche 28 juin au soir. Le candidat Europe Écologie-les Verts (EELV) l'emporte avec 54,94% des voix, devant son concurrent et maire sortant Christophe Bouchet (45,05%), à la tête d'une liste UDI-Les Républicains.

>> Municipales 2020 : suivez les réactions politiques au lendemain de l'annonce des résultats

Membre d’Europe Ecologie-les Verts depuis 2013, conseiller municipal d’opposition depuis 2014, Emmanuel Denis a réussi à fédérer toute la gauche tourangelle, du Parti socialiste à La France insoumise, ainsi qu'un collectif baptisé Cogitations citoyennes. Cette union, c’est la clé du succès, poursuit la militante : "Il n'est pas arrivé là tout seul, il y a eu un élan." Une autre sympathisante complète : "Je l'ai toujours soutenu, donc je suis vraiment hypercontente. Il était ouvert, avec l'équipe de campagne ils ont construit le programme à partir de trois ans de réflexion des citoyens."

C'est aussi l'unité et l'union de plusieurs volontés de gauche et d'écologistes qui a fait que nous en sommes là.Une militanteà franceinfo

Les priorités du nouveau maire vont devoir répondre à la crise économique et sociale née de l'épidémie de coronavirus. Mais avec cette série de victoires écolos aux quatre coins de la France, Emmanuel Denis voit aussi plus loin : "Je suis super heureux de ça, de faire partie de cette vague verte. C'est important parce que, quand on parle du dérèglement climatique, on nous sourit souvent en nous disant 'ce n'est pas vous à Tours qui allez changer les choses'. Mais si on a un grand réseau de villes écologistes, on a aussi l'espoir de pouvoir changer les choses au niveau national. Si la France pèse et devient une nation écologique, on peut espérer entraîner l'Europe et le reste de la planète. Mais cette vague verte, vraiment ça fait chaud au cœur."

Ce que nous allons surtout essayer de mettre en œuvre, c'est un moyen d'adapter la ville au choc climatique.Emmanuel Denisà franceinfo

Si l'ambiance autour du nouveau maire était à l'euphorie dimanche soir, Emmanuel Denis en convient, le plus dur commence pour lui. Il s'agit de ne pas décevoir les espoirs pour redonner confiance en la politique. À Tours, comme ailleurs en France, ce deuxième tour s'est joué sur fond d'abstention record.