Hénin-Beaumont : la nouvelle municipalité FN prive la Ligue des droits de l'homme de son local

Le maire Steeve Briois estime que l'association est politisée et hostile à sa majorité.

Steeve Briois, maire FN de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), le 30 mars 2014, lors du premier conseil municipal de sa mandature.
Steeve Briois, maire FN de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), le 30 mars 2014, lors du premier conseil municipal de sa mandature. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Sitôt élu, il avait déclaré au Point ne pas vouloir mettre en place de "gouvernance idéologique, mais une gouvernance pragmatique". Steeve Briois, maire Front national de Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), a pourtant pris dès le début de son mandat une décision très politique : priver la Ligue des droits de l'homme du local que la ville mettait à sa disposition, révèle France Info mardi 8 avril.

Pour l'élu, ce choix est justifié par l'engagement politique de l'association lors de la dernière campagne électorale, au cours de laquelle elle avait pris position contre le Front national. "La Ligue des droits de l'homme est une association politisée. Dès l'instant où elle s'immisce dans la vie municipale avec des a priori, on compte les liens", explique Briois à la radio.

"La valse commence"

La ville, qui prêtait ce local à l'association de défense des droits de l'homme à titre gracieux depuis une dizaine d'années, a donc décidé de mettre fin au bail. "C'est un premier dérapage, c'est évident", réagit le président de la section locale de la LDH, qui compte "proposer de mettre en place un comité citoyen de vigilance républicaine". Il a en parallèle commencé à chercher un nouveau local. Sur Twitter, le député PS du Pas-de-Calais Guy Delcourt a réagi à la nouvelle.