Accusations de fraude, bagarres, urne "forcée"… les accrocs du premier tour

Les esprits se sont échauffés dans certaines villes lors du premier tour des municipales. Francetv info dresse la liste des incidents qui ont émaillé cette journée de scrutin.

L\'ancien président de l\'OM Pape Diouf, candidat à la mairie de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 7 mars 2014.
L'ancien président de l'OM Pape Diouf, candidat à la mairie de Marseille (Bouches-du-Rhône), le 7 mars 2014. (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

>Municipales : suivez en direct la publication des résultats

Après des semaines de campagne parfois très virulente, la tension n'est pas retombée partout en ce jour de scrutin. Dans certaines communes, dimanche 23 mars, les esprits se sont échauffés jusque dans les bureaux de vote. Francetv info recense les principaux incidents qui ont émaillé le premier tour des municipales.

Marseille : Pape Diouf dénonce des "faits de fraude"

Pape Diouf dénonce "un non-respect des règles du jeu démocratiques". L'ancien président de l'OM, candidat à la mairie de Marseille (Bouches-du-Rhône), annonce se réserver la possibilité de déposer un recours à l'issue du premier tour, après des "faits de fraude inacceptables".

"Une liste d'émargement déjà signée à 8 heures du matin, avant même l'entrée du premier électeur, combien d'autres, ailleurs ?" affirme-t-il. Entre autres débordements, son équipe assure avoir également observé la distribution d'enveloppes déjà remplies d'un bulletin ou encore des intimidations à l'encontre d'électeurs.

Corbeil-Essonnes : une bagarre entre candidats

L'élection s'est déroulée sous haute tension dans le fief de Serge Dassault, ancien maire UMP de la ville. Le député PS Carlos Da Silva, en lice pour les municipales à Corbeil-Essonnes (Essonne), a déposé plainte pour "agression et injures" contre son adversaire PCF Bruno Piriou, rapporte Le Parisien.

"Il a bousculé et insulté Carlos Da Silva", assure un témoin de la scène, proche du socialiste, au quotidien. A l'origine de leur affrontement, une première altercation entre un délégué de Carlos Da Silva et un homme qui faisait des allers-retours dans un bureau de vote, présenté comme un membre "de l'entourage de Bruno Piriou". Le candidat communiste dément : "On s'est gentiment dit bonjour dans la matinée", explique-t-il.

Paris : NKM chahutée par des intermittents

Même une fois le scrutin terminé, les dérapages sont toujours possibles. Arrivée en tête au premier tour à Paris, devant la socialiste Anne Hidalgo, l'UMP Nathalie Kosciusko-Morizet a été interrompue par des "chômeurs précaires" durant son allocution face à la presse.

Une énorme bousculade a suivi. Sur Twitter, des journalistes présents sur place expliquent que les élus Philippe Goujon et Jean-François Lamour se sont chargés d'expulser les intrus.

Cagnes-sur-Mer : une électrice FN force l'urne

Elle n'avait aucune intention de respecter le secret du vote. A Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), une électrice du Front national n'a pas respecté les consignes de la présidente de son bureau de vote, rapporte Nice Matin.

Arrivée en fin de matinée, l'habitante a refusé de prendre plusieurs bulletins et de se rendre dans l'isoloir. "Vous ne m'empêcherez pas de voter FN", s'est-elle exclamée, selon le quotidien régional, avant de "sauter" sur l'urne pour faire entrer elle-même son bulletin dans la fente en actionnant la manette.

Cholet : des journalistes expulsés par le maire sortant

Le député-maire de Cholet (Maine-et-Loire) n'apprécie guère les journalistes. Très médiatisé après des propos polémiques sur les Roms par le passé, Gilles Bourdouleix a fait évacuer une équipe de France 3 Pays de la Loire de l'hôtel de ville, après avoir refusé à plusieurs reprises une interview.

"Je ne parle jamais à France 3", a lancé l'élu face caméra. Une hostilité peut-être due à son score, avancent les journalistes de la chaîne : contrairement au précédent scrutin, Gilles Bourdouleix, avec près de 47% des voix, devra passer par un second tour.

Saint-Christ-Briost : le maire retire des bulletins de l'urne

Il a informé la préfecture de son initiative. Candidat à sa réélection, le maire sortant de Saint-Christ-Briost (Somme) a fait ouvrir l'urne pour retirer des bulletins de vote, raconte France 3 Picardie. Francis Archintini pense que ces bulletins ont été déposés par d'anciens administrés, rayés des listes électorales.