Municipales : Bernard Cazeneuve affiche son soutien à Anne Hidalgo

L'ancien ministre de l'Intérieur et Premier ministre a appuyé la candidate socialiste sur le thème de la sécurité. 

Anne Hidalgo, en campagne, le 06 février 2020 à Paris. 
Anne Hidalgo, en campagne, le 06 février 2020 à Paris.  (MARTIN BUREAU / AFP)

Hasard du calendrier ? Jeudi 20 février, Anne Hidalgo, maire sortante de Paris et candidate de la gauche à sa réélection, et Agnès Buzyn, la candidate La République en Marche dans la capitale, faisaient toutes les deux des déplacements sur le terrain à Paris, sur le thème de la sécurité. 

La maire de Paris a déambulé dans les rues du Marais (4e arrondissement) avec Bernard Cazeneuve, ancien ministre de l'Intérieur et Premier ministre de François hollande, qu'elle a invité a ses côtés. À l'occasion de la visite d'un square, pour les caméras, les deux figures du Parti Socialiste veulent afficher leur complicité. "C'est toujours important d'être aux côtés de ses amis quand ils mènent de beaux combats, glisse Bernard Cazeneuve, qu'on a confiance en eux et qu'ils sont engagés dans une action positive pour leur territoire." 

Les mauvais chiffres de la délinquance à Paris

L'échange d'amabilités est à double sens et Anne Hidalgo salue : "Un grand ministre de l'Intérieur, un grand Premier ministre, avec qui j'ai eu la chance de travailler." Pour la maire de Paris, ce soutien de poids sert surtout à crédibiliser sa politique sur la sécurité, car elle très critiquée par ses adversaires, et les chiffres de la délinquance sont mauvais.

"Le terrain est déserté, déplore Anne Hidalgo, on ne voit plus de policiers nationaux dans Paris, et on ne les voit plus non plus dans nos quartiers. D'où cette augmentation extrêmement importante des vols à la tire, des cambriolages." Mais la mesure qui cristalise le plus les divergences de programmes entre les principales candidates à la mairie de Paris reste l'armement d'une future police municipale. Réclamé par Agnès Buzyn et Rachida Dati mais repoussé par Anne Hidalgo.

Le reportage de Benjamin Mathieu
--'--
--'--