VIDEO. Législatives : Henri Guaino, largement battu à Paris, arrête la vie politique et dénonce un électorat "à vomir"

Candidat dissident dans la 2e circonscription de Paris, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy a affirmé dimanche, sur le plateau de BFMTV, être "allé au bout du bout de [ses] engagements politiques" et avoir décidé d'arrêter la politique.

BFMTV

"L'électorat qui a voté dans la deuxième circonscription de Paris aujourd'hui, dans le 6e arrondissement, le 5e et une partie du 7e, est à mes yeux à vomir. A vomir, hein, vous m'entendez bien !" Largement battu au soir du premier tour des élections législatives alors qu'il se présentait en tant que dissident Les Républicains, Henri Guaino annonce sur BFMTV dimanche 11 juin qu'il quitte la vie politique.

Il était opposé dans sa circonscription à deux autres candidats issus des Républicains, Nathalie Kosciusko-Morizet, officiellement investie, et Jean-Pierre Lecoq, maire LR du 6e arrondissement. "Enfin libre. Je suis allé au bout du bout de mes engagements politiques, cela fait plus de trente ans (...). J'ai épuisé le sujet", poursuit l'ancien député de Paris et ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l'Elysée. Alors qu'on lui demande s'il arrête la vie politique, Henri Guaino répond : "Oui, quand vous faites 4,5%." 

"Fini l'hypocrisie !"

Interrogé sur la violence de ses propos à l'égard de l'électorat de sa circonscription, il répond : "Maintenant, je suis libre (...) Fini l'hypocrisie !" Et il se justifie : "Il y a les bobos (...) dans l'entre-soi et l'égoïsme et puis il y a cette espèce de bourgeoisie traditionnelle de droite, celle qui va à la messe, qui envoie ses enfants au catéchisme et puis après qui vote pour un type qui pendant 30 ans s'est arrangé à tricher par tous les moyens." 

"Je suis allé au bout de ma démarche", a ajouté Henri Guaino, assumant même une forme de "mépris".

Henri Guaino à l\'Assemblée nationale, le 7 février 2017. 
Henri Guaino à l'Assemblée nationale, le 7 février 2017.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)