Législatives anticipées : Julien Bayou annonce être candidat à sa réélection malgré les accusations de harcèlement contre lui

Accusé de harcèlement moral et abus de faiblesse par son ex-compagne, le député a démissionné début avril du parti Les Écologistes - EELV et du groupe écologiste à l'Assemblée nationale.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Julien Bayou, le 21 mai à l'Assemblée nationale. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

"J'ai été heureux et fier d'avoir été votre député. C'est avec cette même fierté et combativité que je suis candidat à ma réélection", écrit lundi 10 juin le députe Julien Bayou dans un communiqué. "Face au péril imminent, je compte engager toutes mes forces dans la bataille pour empêcher l'extrême-droite d'arriver au pouvoir et pour rallumer l'espoir", affirme-t-il. "Je souhaite comme l'ont annoncé nombre de syndicats et d'associations que nous puissions construire la coalition la plus large sur un projet de rupture", poursuit-il.

L'ancien secrétaire national d'Europe Écologie-Les Verts désire se représenter dans sa circonscription du 10e arrondissement de Paris, alors qu'il a démissionné début avril du parti et de son groupe parlementaire à la suite des accusations de harcèlement moral et abus de faiblesse. Il avait motivé sa démission du parti en dénonçant un "acharnement déloyal et scandaleux".

"L'enquête en cours va me permettre de présenter tous les éléments prouvant mon innocence"

Deux enquêtes ont été ouvertes à Paris début mars après les plaintes de l'ex-compagne de Julien Bayou pour harcèlement moral et abus de faiblesse, et contre le parti qu'il a dirigé, Europe Ecologie-Les Verts (EELV). "Je sais que les accusations portées à mon encontre par mon ex-compagne ont bousculé nombre d'entre vous et c'est bien compréhensible. L'enquête en cours va me permettre de présenter tous les éléments prouvant mon innocence", écrit le député sortant. "Si je devais être reconnu coupable, je démissionnerais de mon mandat de député", assure-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.