Législatives 2024 : "Pas de majorité absolue pour le RN", martèle François Ruffin, plaidant pour une gauche "qui rassure, protège et ramène la confiance"

"On a un objectif aujourd'hui, ce n'est pas de majorité absolue pour le Rassemblement national", lance le député LFI sortant dans la Somme, François Ruffin, mardi sur France Inter.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le député sortant LFI dans la Somme, François Ruffin, mardi 2 juillet 2024 sur France Inter. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)

"On a le vent de face, il y a de la pente, mais on est en train de la remonter, il y a match", déclare mardi 2 juillet sur France Inter, le député sortant La France insoumise (LFI), François Ruffin, qui fait campagne sous la bannière du Nouveau Front populaire. Avec 33,92% dans la 1ère circonscription de la Somme, au premier tour, il est en ballottage difficile face à la candidate Rassemblement national Nathalie Ribeiro Billet, qui a récolté 40,69% des voix. La candidate macroniste, Albane Branlant, arrivée troisième avec 22,68%, s'est désistée. "On a un objectif aujourd'hui, ce n'est pas de majorité absolue pour le Rassemblement national", insiste le député de la Somme.

Interrogé sur la déferlante du RN dans les campagnes, François Ruffin pointe d'abord la "responsabilité" du président de la République qui a "gouverné avec brutalité et arrogance", en référence notamment à la réforme des retraites. "Il nous faut apaiser, réconcilier, il nous faut sortir de cette brutalité, passer du bruit et la fureur à la force tranquille", préconise François Ruffin, pour qui la gauche "doit être la force qui rassure, la force qui protège, la force qui ramène de la confiance". "Voilà ce qu'on doit incarner pour sortir du désordre", ajoute-t-il.

"On assiste à un déchirement dans le pays."

François Ruffin, député sortant LFI

sur France Inter

Quant à savoir quelle personnalité peut incarner cette force, François Ruffin esquive la question, alors que Jordan Bardella, le président du RN, a proposé un débat d'entre-deux-tours à l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon. "Ce n'est pas le sujet, lui c'est lui, moi c'est moi, nous avons des désaccords profonds, ils sont connus, sur le ton et sur le fond, mais maintenant, ce n'est pas le moment", répond le député sortant.

François Ruffin dit ne "pas écarter" la "deuxième responsabilité", celle de la gauche qui n'a pas su reconquérir les territoires. "On a pour devoir de transformer le ressentiment en espérance, il faut marteler des mesures de bon sens et de décence", résume-t-il.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.