Cet article date de plus d'un an.

Législatives 2022 : Taha Bouhafs, candidat contesté de la Nupes dans le Rhône, annonce son retrait

Le journaliste et militant de La France insoumise a annoncé dans la nuit de lundi à mardi sur Twitter son intention de renoncer à sa candidature en raison "d'attaques sans précédent", ce que le député Alexis Corbière a ensuite confirmé.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Portrait du journaliste Taha Bouhafs durant les journees d'été de La France insoumise, le 17 juillet 2021 à Valence (Drôme). (UGO PADOVANI / HANS LUCAS / AFP)

"Continuez à vous battre. Pour ma part, j'ai essayé mais je n'y arrive plus." Taha Bouhafs, candidat de la Nouvelle Union populaire écologiste et sociale aux législatives (Nupes) dans la 14e circonscription du Rhône, a annoncé sur Twitter, dans la nuit du lundi 9 au mardi 10 mai, qu'il renonçait à se présenter en raison "d'attaques sans précédent".

Le journaliste et militant de La France insoumise a indiqué être la cible "tous les jours" d'une "nouvelle calomnie, d'une nouvelle insulte, d'une nouvelle menace de mort" ou "d'une nouvelle accusation". "J'ai sous-estimé la puissance de ce système quand il veut vous broyer. J'aurais aimé tenir bon, j'aurais aimé vous rendre fiers, vous tous qui, comme moi, 'ne sont rien'", déplore-t-il.

"J'ai été soutenu, pas assez pour tenir, mais assez pour être reconnaissant. J'espère que cette déclaration ne vous fera pas baisser les bras."

Taha Bouhafs

sur Twitter

"Une meute s'est acharnée contre lui"

Invité des "4 Vérités" sur France 2, le député insoumis Alexis Corbière a confirmé son retrait. A la question "Est-ce qu'il ne sera plus le candidat de l'Union populaire ?", l'élu LFI a répondu : "Je crois qu'il faut l'interpréter comme ça. C'est ce qu'il vient d'annoncer au milieu de la nuit." Une décision qu'il regrette et qui "lui fait de la peine".

Alexis Corbiere
Alexis Corbiere Alexis Corbiere

"Taha Bouhafs était l'exemple de ces jeunes gens issus de milieux sociaux parfois défavorisés, qui s'engagent et qui ne sont pas toujours parfaits", a encore estimé Alexis Corbière. Contactée par franceinfo, la députée Clémentine Autain a affirmé que "la campagne venue de l'extrême droite contre lui, un jeune homme issu des quartiers populaires et de l'immigration, est injuste et insupportable".

"Taha Bouhafs retire sa candidature aux législatives. Une meute s'est acharnée contre lui", a regretté Jean-Luc Mélenchon, un peu plus tard, sur Twitter. "À 25 ans, c'est lourd de vivre avec des menaces de mort et des mises en cause publiques quotidiennes. Je m'en veux de ne pas avoir su le réconforter autant que nécessaire", ajoute le leader de La France insoumise.

Un appel à "revoir sa candidature"

Lundi, le secrétaire national du Parti communiste, Fabien Roussel, avait demandé à La France insoumise de "revoir la candidature" de Taha Bouhafs, pointé du doigt par l'opposition et une partie de la classe politique pour avoir été condamné en première instance à 1 500 euros d'amende pour "injure publique à raison de l'origine", après avoir qualifié la syndicaliste policière Linda Kebbab "d'arabe de service", une condamnation dont il a fait appel.

Sur franceinfo, Manuel Bompard, directeur de campagne de la Nupes pour les législatives, a répondu à Fabien Roussel que ce n'était pas à lui de "choisir les candidats de La France insoumise" tout en indiquant qu'aucune candidature n'était confirmée. "On n'a pas défini définitivement les investitures, ce n'est pas publié. Cette circonscription, comme les autres, sera investie dans les jours à venir", a-t-il précisé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.