Législatives 2024 : "Beaucoup de Français refusent ce qui est présenté par les extrêmes", assure le Premier ministre Gabriel Attal

Publié
Durée de la vidéo : 10 min
Législatives 2024 : "Beaucoup de Français refusent ce qui est présenté par les extrêmes", assure le Premier ministre Gabriel Attal
Législatives 2024 : "Beaucoup de Français refusent ce qui est présenté par les extrêmes", assure le Premier ministre Gabriel Attal Législatives 2024 : "Beaucoup de Français refusent ce qui est présenté par les extrêmes", assure le Premier ministre Gabriel Attal (France 2)
Article rédigé par France 2 - L. Delahousse
France Télévisions
France 2
Alors que la vie politique est chamboulée depuis la victoire du Rassemblement national aux élections européennes et l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale, beaucoup de Français s’inquiètent. Invité sur le plateau du 20 Heures samedi 15 juin, le Premier ministre Gabriel Attal s’est exprimé sur le sujet.

Depuis six jours, les Français observent la vie politique et beaucoup s’inquiètent depuis l’annonce de la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron. Pour le Premier ministre Gabriel Attal, "le président a pris cette décision et s’en est expliqué face à un Parlement de plus en plus asphyxié par le poids des extrêmes."

"Des Français qui refusent la division"

Alors que certains élus Les Républicains s’allient au Rassemblement national, et que les partis de gauche s’unissent sous la bannière du Nouveau Front populaire, Gabriel Attal assure avoir "rencontré des Français qui refusent la division, (…) qui n’ont pas envie d’un projet de ruine économique comme proposé par les extrêmes."  Refusant de répondre s’il voterait entre le Rassemblement national et le Nouveau Front populaire, Gabriel Attal affirme vouloir "défendre les valeurs de la République" et que "beaucoup de Français refusent ce qui est présenté par les extrêmes. (…) Si le projet des extrêmes venait à triompher, autour d’un million d’emplois seraient détruits." 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.