"Feuilleton" des ralliements à Éric Zemmour : "'Plus belle la vie' appliqué à la politique, ça ne m'intéresse pas" cingle le RN Laurent Jacobelli

Le porte-parole du Rassemblement national et de sa candidate Marine Le Pen a minimisé l'importance des départs, jugeant qu'il y avait chez Nicolas Bay "soit un problème de cap, soit un manque de sincérité". Il a aussi "lancé un appel" aux maires pour reccueillir leur parrainage.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Laurent Jacobelli était l'invité du 8h30 franceinfo le 20 février 2022. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

"C'est un feuilleton, moi je ne suis pas fan de téléréalité", a déclaré Laurent Jacobelli, porte-parole du Rassemblement national (RN) et de sa candidate à l'Élysée, Marine Le Pen, ce dimanche sur franceinfo, à propos des ralliements de cadres du RN à son rival, Éric Zemmour. "'Plus belle la vie' appliqué à la politique, honnêtement, ça ne m'intéresse pas", a-t-il cinglé.

"Ces gens anticipent, préparent la mort du Rassemblement national" dans le cas où Marine Le Pen essuierait une nouvelle défaite à la présidentielle, a-t-il avancé. Mais au Rassemblement national, "on veut sauvegarder la vie de la France, c'est une ambition plus noble, une ambition présidentielle, a-t-il ajouté. Alors, leurs tripatouillages électoraux, leurs tripatouillages de partis, nous leur laissons", ciblant notamment Nicolas Bay, qui a fait défection mercredi 16 février pour rejoindre le camp du candidat de Reconquête! (extrême droite).

Une "vraie incertitude" sur les parrainages

Laurent Jacobelli est aussi revenu sur les difficultés de Marine Le Pen à engranger les 500 parrainages d'élus indispensables pour être candidat à la présidentielle. "Nous ne savons pas si nous les aurons" d'ici la date limite du 4 mars, s'est-il alarmé. Pour lui, "aujourd'hui, le système est complètement verrouillé, les maires sont parfois sous influence de barons locaux qui leur demandent de ne pas parrainer certains candidats ou de parrainer certains autres".

Il lance donc "un appel aux maires". "Rien ne vous arrivera si vous parrainez Marine Le Pen, aucune menace sur les subventions, c'est tout à fait illégal", a-t-il assuré. Selon lui, ces élus "doivent aujourd'hui jouer le jeu de la démocratie" et "permettre à la première candidate qui s'oppose à Emmanuel Macron d'être candidate, car sinon, notre pays sera en danger démocratique permanent".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Elections législatives 2022

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.