Reportage "On a la dynamique de notre côté, on est prêts" : l'explosion de joie des militants RN à l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale

À l'annonce de la dissolution de l'Assemblée par Emmanuel Macron dimanche, les militants RN ont exulté au quartier général du parti, à Paris.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des militants du Rassemblement national à la soirée électorale du parti, le 9 juin 2024 à Paris. (ANDRE PAIN / EPA)

Plus de 31% des voix pour le RN aux élections européennes et un président de la République qui dissout l'Assemblée nationale : le dimanche 9 juin a été riche en émotions au QG du Rassemblement national, avec une soirée électorale dans un pavillon du parc Floral à Paris.

Il y a d'abord eu les cris de joie à la découverte des résultats à 20 heures, puis l'apparition d'Emmanuel Macron sur grand écran, qui annonce la dissolution. Les jeunes militant RN sautent littéralement de joie. Cette dissolution, ils l'espéraient sans vraiment y croire. "Ils ont trahi pendant des années et des années, il est temps de redonner la voix aux Français, explique-t-il. Et c'est maintenant, c'est notre moment, on a toute la dynamique de notre côté, on est prêts."

Le mouvement est prêt à faire campagne pour viser la majorité, c'est aussi le message passé par Marine Le Pen qui appelle les Français à lui donner une majorité. "Nous sommes prêts à exercer le pouvoir si les Français nous font confiance. J'appelle les Français à venir nous rejoindre pour former autour du Rassemblement national une majorité au service de la seule cause qui guide nos pas : la France !"

Un "plan Matignon" du RN

Son discours à peine terminé, Marine Le Pen et les principaux cadres du parti quittent la soirée électorale. "On va travailler ce soir sur les élections législatives. Il faut commander du papier, créer des documents, nos investitures sont quasiment faites. Les délais sont très courts", réagit Gilles Pennelle, conseiller régional de Bretagne.

Presque tous les candidats aux législatives sont désignés car le RN avait anticipé une éventuelle dissolution, conformément au "plan Matignon" sur lequel travaillaient des cadres comme Philippe Olivier. Ce dernier imagine déjà les thèmes de la campagne : "On va faire une campagne extrêmement politique sur une grande alternance, c'est-à-dire un changement assez profond de toute la politique gouvernementale. On est prêts à des alliances, tout cela va se coordonner dans les heures qui viennent." Le RN appelle d'ores et déjà ses candidats à aller sur le terrain pour tenter d'obtenir une majorité et d'envoyer Jordan Bardella à Matignon.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.