Elections départementales : des élus UMP refusent le "ni-ni"

Le "ni-ni" ni Front national, ni front républicain, c'est la consigne donnée par Nicolas Sarkozy. Mais des candidats UMP, qualifiés au second tour dans le cadre d'une triangulaire, ont choisi de ne pas se maintenir. 

FRANCE 3

Des élus UMP vont à l'encontre des consignes du président du parti, Nicolas Sarkozy. Ils ont choisi de ne pas se maintenir au second tour de l'élection départementale, alors qu'ils étaient qualifiés dans le cadre d'une triangulaire. Après le premier tour, Nicolas Sarkozy avait appelé ses troupes à respecter le "ni-ni", ni front républicain, ni Front national.

Le candidat socialiste espère l'emporter

Dans le Vaucluse, François Pantagene et Michèle Sorbier, le binôme UMP, a donc choisi de se retirer pour faire barrage au FN. Un choix qui ne fait pas peur au candidat frontiste : "le front républicain, c'est une invention qui ne fonctionne pas dans le Vaucluse, parce que les gens savent que notre programme, c'est du bon sens", défend Julien Langard, candidat du Front national arrivé en tête au premier tour.

Le candidat socialiste compte lui sur le report de voix des UMP-UDI pour remporter l'élection.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans un bureau de vote du Pontet (Vaucluse), le 22 mars 2015.
Dans un bureau de vote du Pontet (Vaucluse), le 22 mars 2015. (MAXPPP)