Départementales : la gauche résiste à la poussée du Front national

"Le total des voix de gauche atteint l'équivalent de celui de la droite", a déclaré Manuel Valls peu après 20 heures.

Le Premier ministre, Manuel Valls, le 22 mars 2015, à Paris.
Le Premier ministre, Manuel Valls, le 22 mars 2015, à Paris. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

La gauche semble résister, dimanche 22 mars, à la poussée du Front national. Selon notre estimation Ipsos / Sopra Steria, le PS et ses alliés pointent en seconde position avec 28% des suffrages, loin derrière la droite (36,4%). Ces deux blocs devancent le Front national, qui réalise, avec 25%, un score proche de celui réalisé lors des élections européennes de juin 2014. Les candidats uniquement soutenus par le PS obtiennent 24%, toujours selon cette estimation.

>> Toute l'actualité des élections départementales en direct dans notre live

Un "score honorable", pour Manuel Valls

Les socialistes, à qui les sondages promettaient une débâcle, limitent donc la casse. En ajoutant les scores du Front de gauche (6,5%) et EELV (1,9%), le bloc de gauche atteint 36,4%, un score comparable à celui du bloc de droite.

"Le total des voix de gauche atteint l'équivalent de celui de la droite", a d'ailleurs souligné Manuel Valls dès 20 heures en direct depuis le ministère de l'Intérieur, évoquant "le score honorable de la majorité". "Rien n'est joué", avant le second tour, a-t-il déclaré, appelant les électeurs à se mobiliser dimanche prochain "pour faire barrage à l'extrême droite".

Pour l'instant, ces estimations nationales ne préjugent pas du nombre de cantons dans lesquels les candidats de gauche ont pu ou non se maintenir. D'autant que des estimations émanant d'autres instituts de sondage font état de scores sensiblement différents, plaçant le Front national en seconde position.