CARTE. Découvrez les départements où le FN a le plus progressé depuis 2012

Francetv info a comparé les voix recueillies par le Front national par département, dimanche, par rapport à celles obtenues au premier tour de la dernière présidentielle.

Les dix départements dans lesquels le FN a le plus progressé entre le premier tour de la présidentielle de 2012, et le premier tour des élections départementales de 2015.
Les dix départements dans lesquels le FN a le plus progressé entre le premier tour de la présidentielle de 2012, et le premier tour des élections départementales de 2015. (FRANCETV INFO)

Election après élection, le Front national confirme son implantation locale. En obtenant plus de 25% des voix à l'échelle nationale, dimanche 22 mars, lors du premier tour des élections départementales, le parti lepéniste a de nouveau démontré sa capacité à séduire un électorat de plus en plus important, y compris lors des scrutins locaux. Surtout, le FN continue d'améliorer ses scores dans la plupart des départements, et ce malgré le manque de notoriété de nombre de ses candidats. 

>> Toute l'actualité des élections départementales en direct dans notre live

C'est en particulier le cas dans le Var, où le vote frontiste a progressé de 14 points entre le premier tour de l'élection présidentielle de 2012, et le premier tour des départementales. Idem dans le Rhône* (+13,52), l'Aisne (+12,34), la Seine-et-Marne (+11,55), la Somme (+10,46), l'Aude (+10,44)… Au total, le FN ne voit son score reculer que dans 12 des 95 départements métropolitains qui étaient appelés aux urnes dimanche.

Reste désormais à savoir si le Front national sera capable de transformer l'essai au second tour, notamment en faisant tomber un département dans son escarcelle. Présent dans plus de la moitié des cantons au second tour, il est d'ores et déjà en bonne position dans le Vaucluse et dans l'Aisne, où semblent se trouver ses meilleures chances de victoire. Réponse dimanche soir. 

*Dans le Rhône, les chiffres de 2012 comprennent les résultats obtenus dans la métropole de Lyon, où le vote FN est traditionnellement plus faible. Les électeurs de cette métropole ne votant pas ce dimanche, cela explique la surcote constatée en faveur du FN.