Cet article date de plus d'un an.

Coronavirus : en errance avec plusieurs morts à bord, le paquebot "Zaandam" accoste en Floride

D'après des responsables américains, le débarquement des 1 300 personnes pourrait prendre jusqu'à quatre jours.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le navire de croisière "Zaandam" au large de la Floride (Etats-Unis), le 2 avril 2020. (CHANDAN KHANNA / AFP)

Après avoir erré pendant des jours, après avoir été rejeté par plusieurs ports parce qu'il transportait des passagers atteints du coronavirus, le navire de croisière Zaandam a enfin été autorisé à accoster en Floride, jeudi 2 avril. Le débarquement a 

>> Coronavirus : suivez en direct les dernières informations liées à la pandémie de Covid-19

"Les garde-côtes, le département à la Sécurité intérieure, les responsables de la santé et le comté de Broward sont parvenus à la décision d'autoriser les navires de croisière Zaandam et (son adjoint) Rotterdam à accoster à Port Everglades", dans la région de Fort Lauderdale, a annoncé sur Twitter le maire de cette ville américaine.

"Je suis très heureux de pouvoir partager cette bonne nouvelle avec vous (...). Votre voyage de retour à la maison peut bientôt commencer", a dit aux passagers le capitaine du Rotterdam, Bas Van Dreumel, selon un message audio transmis à l'AFP par l'un d'entre eux.

"Ils sont dans le pétrin"

Le sort du Zaandam, qui a quatre morts à son bord, a fait l'objet de difficiles négociations en Floride. Le gouverneur de cet Etat où résident de nombreux retraités, Ron DeSantis, s'était d'abord opposé à son arrivée, affirmant qu'il ne voulait pas se voir "refourguer" des malades qui épuiseraient les ressources locales face au Covid-19. Il a ensuite fait marche arrière, disant à la chaîne Fox News qu'il ne s'était pas rendu compte que des Américains se trouvaient à son bord.

Le président américain Donald Trump a reconnu la nécessité d'évacuer les passagers. "Nous devons aider les gens. Ils sont dans le pétrin", a-t-il lancé, annonçant par ailleurs que les Britanniques et les Canadiens parmi eux seraient évacués.

L'épidémiologiste Anthony Fauci, chargé de conseiller la Maison Blanche sur le coronavirus, a lui aussi pesé sur le sujet. "Il faut prendre soin des gens malades. On a juste l'obligation de le faire. Et le plus vite possible", a dit l'expert, en appelant à l'évacuation des personnes saines.

Bus désinfectés

Selon le plan de débarquement, environ 1 200 personnes qui ne sont pas malades pourraient rentrer chez elles en avion. Elle seraient transportées dans des véhicules "désinfectés, avec des contacts limités entre personnes, et elles porteraient des masques". Les ressortissants étrangers seront transportés par bus vers l'aéroport, "mais ils n'iront pas à l'intérieur de l'aéroport. Ils iront directement dans l'avion".

D'après l'une des responsables du comté de Broward, Barbara Sharief, le débarquement des 1 200 personnes saines pourrait prendre jusqu'à quatre jours. Quelque 45 personnes présentant des symptômes légers resteraient à bord à l'isolement jusqu'à guérison, selon le plan. Le Zaandam, qui a quitté Buenos Aires le 7 mars, devait finir son voyage au Chili le 21 mars, mais a dû changer de trajectoire à cause du virus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.